Politique

Maroc : la liberté de culte est une « menace », selon le ministre Mustapha Ramid

Le ministre d’État chargé des Droits de l’homme, Mustapha Ramid. © Paul Schemm/AP/Sipa

Le ministre d'État marocain chargé des droits de l'homme, Mustapha Ramid, a mis en garde contre la « menace » que constitue la liberté de conscience sur la « cohésion » du pays, dans un entretien publié jeudi 14 juin.

« La liberté de conscience ne constitue pas pour l’État une menace à court terme […] mais c’est certainement un danger à long terme », a déclaré Mustapha Ramid dans un entretien au quotidien Assabah.

« Changer de religion relève certes de la sphère privée », a poursuivi le ministre issu du Parti justice et développement (PJD, islamiste) qui dirige le gouvernement, en mettant en garde contre le « prosélytisme qui exploite les faiblesse des gens ».

Selon la Constitution marocaine, l’« islam est la religion de l’État, qui garantit à tous le libre exercice des cultes ». Les minorités religieuses du pays que sont les chrétiens, les juifs, les baha’is et les chiites, représentent moins de 1 % de la population, qui reste majoritairement musulmane sunnite, de rite malékite.

Protection des minorités

Si le fait de renoncer à l’islam n’est pas explicitement mentionné dans le code pénal, les convertis risquent une peine allant jusqu’à trois ans de prison s’ils sont soupçonnés d’« ébranler la foi d’un musulman ou de le convertir à une autre religion ».

Les Marocains convertis au christianisme, estimés à quelques milliers, doivent souvent vivre leur foi discrètement, tandis que les chrétiens étrangers jouissent d’une totale liberté et sont protégés par les autorités.

Une association regroupant des minorités religieuses du royaume a récemment vu le jour au Maroc, et plaide depuis pour le respect de la liberté de croyance et la protection de leurs petites communautés.

Fermer

Je me connecte