Fiche joueur

Égypte – Mondial 2018 : Ahmed Fathy, l’autre monument des Pharaons

Le milieu de terrain égyptien Ahmed Fathy lors d'un match contre le Chili, à Madrid, en Espagne, le 6 février 2013. © Andres Kudacki/AP/SIPA

International depuis 2001 (135 sélections), le milieu de terrain des Pharaons et d’Al-Ahly, Ahmed Fathy, s’est construit un palmarès en béton et une réputation de leader.

Avec El Hadary ou Elmohamady, Ahmed Fathy (33 ans) est un des plus anciens membres de la sélection égyptienne. Et il n’est pas vice-capitaine des Pharaons pour rien. À 33 ans, Ahmad Fathy jouit dans son pays d’une aura immense. Son palmarès est un des plus rutilants d’Afrique. Avec son pays, il a remporté la CAN à trois reprises (2006, 2008, 2010). Et avec Al-Ahly, où il évolue depuis 2015, après un premier passage à de 2007 à 2014, il est devenu champion d’Égypte à huit occasions, un CV auquel il faut ajouter deux Ligue des Champions africaine (2008 et 2012).

« C’est un joueur très respecté. Il a une excellente image : discret, travailleur, sympathique », énumère Ahmad Hassan, un ancien dirigeant d’Ismaïly reconverti en agent. Fathy a justement effectué ses débuts à Ismaily, un des meilleurs clubs du pays. C’était en 2001, à dix-sept ans, l’année de ses débuts en sélection, faisant de lui le plus jeune international égyptien de tous les temps.

« Engagement, puissance et excellent état d’esprit »

En janvier 2007, celui qui peut jouer latéral droit ou milieu droit est sollicité par Zamalek, mais il préfère s’exiler à Sheffield United, en Angleterre, où l’expérience vire au fiasco. Neuf mois plus tard, le joueur rentre en Égypte, mais pas n’importe où : à Al-Ahly, qui le prête pour quelques mois à Kazma, au Koweït, pour lui permettre de retrouver un niveau physique acceptable.

À son retour au Caire, Fathy, qui vient d’être élu meilleur joueur de la CAN 2008 au Ghana, s’impose dans le onze des Red Devils et poursuit sa moisson de trophée. « Il déçoit rarement. Fathy est un joueur très rigoureux. Techniquement, il n’est pas extraordinaire, mais il compense par son engagement, sa puissance et son excellent état d’esprit. »

Avec Al-Ahly, une histoire sans fin

En janvier 2013, Fathy tentera une seconde expérience en Angleterre, sous la forme d’un prêt à Hull City. Mais comme six ans plus tôt à Sheffield, l’aventure européenne ne dure pas. En fin de contrat à Al-Ahly en juin 2014, l’international décide de s’expatrier une nouvelle fois, mais cette fois-ci au Qatar, à Umm-Salal, où il ne reste que quelques mois. Revenu à Al-Ahly, le natif de Banha, une ville moyenne du nord-ouest de l’Égypte, devrait probablement achever sa carrière dans le meilleur club d’Afrique.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€