BTP & Infrastructures

Côte d’Ivoire : les acteurs du réaménagement de la Baie de Cocody se veulent rassurants

Projet d'urbanisation dans la baie de Cocody. © Jacques Torregano pour JA

La Baie de Cocody dans sa nouvelle architecture devrait être livrée avant la fin de l’année 2020, ont annoncé les acteurs ivoiriens et marocains de ce vaste chantier de réaménagement à 700 millions de dollars.

Le projet de sauvegarde et de valorisation de la Baie de Cocody à Abidjan avance et sa livraison sera, vraisemblablement, faite à temps, soit avant la fin de 2020. C’est en tout cas ce qu’a laissé entendre Patrick Achi, secrétaire général de la présidence de Côte d’Ivoire, lors de sa récente visite à la capitale marocaine, Rabat, en compagnie d’autres représentants ivoiriens, dont Anne Désirée Ouloto, ministre de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement durable et Pierre Dimba, directeur général de l’Ageroute, la société d’État chargée de l’exploitation, du suivi et de l’entretien du réseau routier et autoroutier ivoirien.

Durant cette visite de deux jours, du 7 au 8 juin, les responsables ivoiriens ont pris part à un atelier thématique organisé à l’initiative de Marchica Med, l’agence marocaine chargée d’assister la Côte d’Ivoire dans le projet de transformation de la Baie de Cocody. Un projet à 700 millions de dollars (595 millions d’euros), qui a ces derniers temps fait l’objet de nombreuses rumeurs sur l’état d’avancement des travaux, certains allant jusqu’à annoncer un « probable arrêt ».

Une première étape réalisée à 40 %

« D’autres projets sont venus se greffer à la maquette initiale et il est très logique que par moment le rythme baisse en attendant la fin des études et les nouveaux plans », a déclaré Patrick Achi, qui s’est dit « satisfait de l’avancement des travaux ». Selon le secrétaire général de la présidence ivoirienne, « il est tout à fait normal de connaître de légers retards. Même pour un petit projet, il y a toujours quelques difficultés et là nous sommes sur un gigantesque chantier ».

La première étape du projet, qui concerne les ouvrages maritimes, les digues de calibrage, et les terrassements au niveau de la Baie de Cocody, est achevée à hauteur de 40 %, ont indiqué les dirigeants de Marchica Med.

En outre, les études pour la réalisation du pont à haubans, qui devrait rallier les communes du Plateau et de Cocody à Abidjan, sont terminées. « Des entreprises sont déjà présélectionnées et devraient recevoir le cahier des charges prochainement pour répondre à l’appel d’offre international », a précisé Saïd Zarrou, président du directoire de l’agence marocaine.

Pour ce qui est du carrefour de l’Indenié, inondé à chaque pluie, les études sont en train d’être réalisées et l’appel d’offres vient d’être diffusé.

Enfin, la réouverture de l’embouchure du Grand Bassam, fermée depuis les années 1950, est attendue avant la fin de l’année 2020. « Une fois réalisée, cette opération changera la couleur des eaux au niveau de toute la lagune Ébrié grâce à une recirculation des eaux », explique le président de Marchica Med.

Vers une organisation en Agence gouvernementale ?

Le volet financier de ce vaste chantier est piloté par la banque marocaine Attijariwafa Bank, également présente en Cote d’Ivoire, avec la contribution de plusieurs fonds parmi lesquels la Banque islamique de développement (BID), la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (Badea), le Fonds koweïtien pour le développement économique (FKD) et le Fonds de l’Opep pour le développement international (Ofid). Une deuxième phase de collecte de fonds sera lancée dans les prochaines semaines pour boucler les financements nécessaires.

En marge des discussions, la délégation ivoirienne a visité des réalisations de l’Agence du Bouregreg, à Salé. Une société dirigée elle aussi par Saïd Zarrou. Un choix de gouvernance qui pourrait inspirer les acteurs du réaménagement de Cocody pour l’après-chantier. « Une organisation en agence nous permettrait d’avoir des filiales, dont le capital peut être ouvert au privé, pour organiser l’exploitation et la valorisation de la Baie de Cocody », détaille le président de Marchica Med. Ces filiales auraient pour mission de gérer l’ensemble des activités, culturelles, commerciales ou sportives.

Fermer

Je me connecte