Dossier

Cet article est issu du dossier «Impact Journalism Day : mettre en lumière les acteurs du changement»

Voir tout le sommaire
Société

L’Express : un programme promeut le leadership des jeunes femmes malgaches

Koloina Rasolofoniaina, une jeune femme de l'équipe qui présente un projet pour le nouveau Youth Center. © YWLP

Créée en 2011 pour répondre à des appels à manifestation d’intérêt sur des projets destinés aux jeunes, l’ONG Youth First lance son premier programme YWLP en 2014 à Madagascar. L'objectif était de pousser les jeunes femmes à avoir des engagements concrets, mais aussi de renforcer leur leadership, leur estime d’elles-mêmes et leur confiance en elles.

Depuis toute petite, Olivia Malala Rakotondrasoa a toujours voulu créer et diriger sa propre entreprise. Jusqu’à ce qu’elle intègre en 2016 le programme de formation en leadership destiné à des jeunes femmes organisé par l’ONG malgache Youth First, le Young Women Leadership Program (YWLP), elle ne savait pas encore dans quel secteur entreprendre et investir. Au YWLP, les participantes, âgées de 15 à 24 ans, sont invitées à proposer par groupe de quatre un projet qui, à la fin du programme, sera évalué, puis récompensé de 1,6 million d’ariary (USD 500) s’il figure parmi les cinq premiers.

« Moringala », le projet d’Olivia et son équipe

Pour son projet, Olivia, étudiante en communication, suggère à son équipe de réfléchir autour du Moringa, « un arbre que l’on trouve un peu partout à Antsiranana », la région de Madagascar où elle a grandi, et dont « on utilise les feuilles au quotidien pour faire du romazava (bouillon) alors qu’il possède des vertus nutritionnelles et médicinales importantes », explique-t-elle.

Pendant les quatre sessions de formation, perlées sur plusieurs semaines, la jeune femme et ses coéquipières peaufinent le projet qu’elles dénomment Moringala. « Nous avons décidé d’utiliser le produit dans des produits cosmétiques », précise Rakotondrasoa. Les modules dispensés dans le cadre du programme, les rencontres avec les mentors recrutés par l’ONG Youth First, ainsi que les échanges avec les entrepreneurs dans le cadre des visites d’entreprises les ont inspirées dans la formulation de leur plan.

Ces jeunes femmes ont donné un sens à leur vie

Moringala ne sera pourtant pas sélectionné par le jury final. Au grand dam de Rakotondrasoa, ses partenaires lâcheront aussi le projet. « Les participantes au YWLP n’ont pas toutes forcément envie d’être dans l’entrepreneuriat, du moins à leur sortie du programme. Certaines peuvent encore vouloir aller plus loin dans les études, d’autres découvrir d’autres horizons professionnels avant de se lancer dans une carrière », explique Tina Andriamahefa Razafinimanana, fondatrice de Youth First. Le plus important, ajoute-t-elle, c’est qu’avec le programme, « ces jeunes femmes ont donné un sens à leur vie, ont su ce qu’elles veulent en faire et ont pu se définir une vision de ce qu’elles veulent être ».

YWLP

Le parcours de Rakotondrasoa

Rakotondrasoa, elle, a été renforcée dans sa détermination de devenir entrepreneure. Avec la bénédiction de ses partenaires de programme, elle portera seule le projet Moringala. YWLP lui ayant appris à développer sa confiance en elle, ses capacités de leadership et ses compétences en matière de plaidoyer et de mobilisation des ressources, le démarrage s’est fait sur les chapeaux de roue.

En deux ans, la jeune femme s’est placée parmi les cinq lauréats d’un concours d’entrepreneuriat organisé par le ministère de l’Industrie de Madagascar en 2016. Elle a été sélectionnée par la Fondation Tony Elumelu, basée au Nigeria, pour participer à la troisième édition de son programme annuel d’entrepreneuriat africain en 2017.

La même année, elle remporte la finale malgache du concours Future Agro Challenge et est désignée pour représenter le pays au concours mondial du même nom en Turquie en avril 2018. Ses produits – du savon de toilette, de l’huile de massage et du thé -, tous à base de moringa, sont actuellement présents dans certains hôtels ainsi que des salons de beauté et de bien-être d’Antsiranana, sa région d’origine.

Beaucoup de projets ont vu le jour grâce au programme YWLP

Comme Moringala, beaucoup de projets ont vu le jour dans le cadre du YWLP. Grâce aux compétences acquises durant le programme par les jeunes femmes qui les ont portés, quelques-uns de ces projets sont devenus de véritables références.

Parmi les plus importants, Tina Andriamahefa Razafinimanana évoque le projet de fabrication d’engrais biologique et écologique GasGasy, porté par Rebecca Andrianarisandy, qui a accédé à la finale du concours de jeunes entrepreneurs africains Anzisha Prize en 2017.

Elle cite également les projets Healthy Girl et Funny design, consistant respectivement à promouvoir l’hygiène menstruelle à travers la fabrication de serviettes hygiéniques en coton lavables et à recycler des tee-shirts et des bouteilles en plastique pour en faire des poufs et des bijoux et qui sont actuellement devenus des activités génératrices de revenus pour un centre de réinsertion sociale de jeunes filles à Madagascar.

Pari réussi

Créée en 2011 pour répondre à des appels à manifestation d’intérêt sur des projets destinés aux jeunes, l’ONG Youth First lance son premier programme YWLP en 2014. L’idée était de pousser les jeunes femmes à avoir des engagements concrets, certes, mais aussi de renforcer leur leadership, leur estime d’elles-mêmes et leur confiance en elles. Le pari est réussi pour la jeune équipe de Youth First qui, en quatre ans, a pu étendre ses activités et est devenu une référence dans l’accompagnement et dans la promotion de programmes pour la jeunesse malgache en général et pour les jeunes femmes en particulier.

Depuis 2016, l’ONG organise un sommet national annuel des jeunes où, pendant une semaine, les participants sont formés au leadership et ont l’occasion de rencontrer des personnalités inspirantes.

Depuis 2017, des jeunes hommes de 15 à 24 ans bénéficient d’un programme similaire. Une organisation internationale humanitaire a sollicité l’ONG pour lancer le même programme de formation en leadership dans quatre zones rurales de Madagascar afin de promouvoir l’entrepreneuriat rural auprès des jeunes paysans. Youth First fait également partie, depuis 2017, du projet Breaking Cycle de Erasmus +, programme de lutte contre les violences basées sur le genre financé par la Commission de l’Union européenne et regroupant un réseau d’associations issues de six pays.

Pour tous ces programmes, l’ONG peut évidemment compter sur les jeunes sortantes de YWLP dont beaucoup sont devenues ses bénévoles, parallèlement à leurs activités professionnelles et estudiantines.

Fermer

Je me connecte