Fiche joueur

Russie 2018 : Ogenyi Onazi, le stratège du Nigeria

Le Nigérian Ogenyi Onazi face à l'Argentin Lionel Messi, lors du Mondial 2014 au Brésil. © Michael Sohn/AP/SIPA

Au cœur d’une équipe réputée pour sa dimension athlétique, Ogenyi Onazi est un joueur au gabarit moyen, doté d’une excellente vision du jeu.

La saison 2012-2013 d’Ogenyi Onazi fût la plus fournie de sa carrière. Quatre mois après avoir remporté la Coupe d’Afrique des Nations en Afrique du Sud, le milieu de terrain alors sous contrat à la Lazio Rome remporte la Coupe d’Italie avec le club de la capitale. Depuis, Onazi court toujours après un troisième titre, en club ou en sélection. En Russie, il participera à sa deuxième Coupe du monde, après celle de 2014. Et son transfert, à l’été dernier à Trabzonspor (Turquie) pour 4 millions d’euros, n’a pas vraiment donné les résultats escomptés, puisque le milieu de terrain a vu sa saison perturbée par les blessures.

De Lagos à Rome

Découvert dans les rue de Jos, sa ville natale, Onazi a tout d’abord rejoint El Kanemi Warriors, un club situé à Maiduguri, puis My People FC, à Lagos. Son arrivée en Italie en 2011 à la Lazio, dans un des bons clubs de la péninsule, ne fait pas beaucoup de bruit, même si Onazi a déjà participé aux Coupe du monde U 17 en 2009 et U 20 deux ans plus tard. En série A, le milieu de terrain défensif s’installe le plus souvent sur le banc de touche et doit se contenter d’une vingtaine d’apparitions par saison, toutes compétitions confondues hormis en 2013-2014, où il joue à trente-trois reprises avec le club romain. « Même s’il n’a pas énormément joué, son passage en Italie a été bénéfique tactiquement. Il a côtoyé de très bons joueurs et a évolué dans une équipe plutôt portée sur l’offensive », explique Gernot Rohr, le sélectionneur du Nigeria.

À l’aise techniquement

Alors que le Nigeria, huitième de finaliste de la Coupe du monde 2014 au Brésil face à la France (0-2) disparaît de la scène africaine lors des CAN 2015 et 2017, Onazi (48 sélections, 1 but) préfère changer d’air il y a deux ans, en s’engageant avec le club turc de Trabzonspor. Si sa première saison est satisfaisante, la deuxième est perturbée par quelques blessures. Mais Rohr lui a maintenu sa confiance malgré tout, car Onazi présente un profil bien précis.

« Il n’est pas très grand (1,73 m) et ce n’est y pas un joueur fait pour les duels. Il est techniquement à l’aise et est très utile dans la distribution du ballon, car il a une bonne vison du jeu. Et malgré sa taille moyenne, son jeu aérien est satisfaisant. » En revanche, Onazi, s’il a marqué douze buts depuis son arrivée en Europe, n’a trouvé le chemin des filets qu’à une seule reprise avec le Nigeria.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€