Sécurité

RDC : un parti proche de Katumbi accuse le pouvoir d’avoir vandalisé son siège à Lubumbashi

Le siège du Parti national pour la démocratie et le développement à Lubumbashi, le 1er juin 2018. © DR

Le siège du Parti national pour la démocratie et le développement (PND), proche de l'opposant Moïse Katumbi, a été attaqué et vandalisé dans la nuit de jeudi à vendredi à Lubumbashi. Une action commanditée par le régime de Kinshasa, selon cette formation politique.

« C’est quand même curieux que cette attaque ait lieu au moment où Joseph Kabila séjourne à Lubumbashi. » Contacté par Jeune Afrique, Christian Momat, secrétaire général du Parti national pour la démocratie et le développement (PND), ne voit pas d’autres explications à l’incendie du portail et de la clôture du siège de son parti à Lubumbashi : « Il y a la main du pouvoir ! »

« Cette nuit, vers une heure du matin, des balles ont crépité à Lubumbashi. Puis, deux jeeps remplis de militaires ont barricadé les voies menant à l’avenue Kasa-Vubu pour permettre à des jeunes arborant des t-shirts à l’effigie de Joseph Kabila de s’attaquer à notre siège. Mais comme ces derniers n’ont pas pu défoncer la barrière, ils ont mis le feu sur le portail et la clôture de l’immeube après avoir versé de l’essence », accuse Christian Momat.

« Ce n’est pas en détruisant l’image de Moïse Katumbi sur un mur qu’ils pourront l’arracher du coeur des Congolais », poursuit ce soutien de l’opposant candidat déclaré à la présidentielle en RDC.

Défilez le curseur pour voir l’état de l’effigie de Moïse Katumbi avant et après l’attaque du siège du PND.

Kabila en « visite de travail » à Lubumbashi

Cet incident intervient quelques heures seulement après l’arrivée, dans la journée, du président Joseph Kabila pour une « visite de travail ». Le chef de l’État congolais, dont le second et dernier mandat constitutionnel a expiré depuis fin 2016, devrait entre autres entamer une série d’inaugurations des bâtiments officiels notamment le gouvernorat de province.

Joint au téléphone, le général Paulin Kyungu, chef de la police dans le Haut-Katanga, n’a pas pu réagir dans l’immédiat sur cette attaque du siège du parti de Salomon Kalonda Della, conseiller principal de Moïse Katumbi, situé à quelques centaines de mètres seulement de la résidence du président Kabila à Lubumbashi. L’officier prenait part depuis tôt ce matin à une « cérémonie officielle ».

Fermer

Je me connecte