Politique

Angola-Rwanda-RDC : nouveau ballet diplomatique à Bruxelles

João Lourenço, à gauche, le président de l'Angola et Paul Kagame, à droite, président du Rwanda, assistent à la séance d'ouverture du Forum économique mondial, WEF, à Davos, en Suisse, le 23 janvier 2018 © Markus Schreiber/AP/SIPA

Après s’être succédé à Paris, les présidents rwandais Paul Kagame et angolais João Lourenço vont se croiser à Bruxelles. Les différentes rencontres bilatérales devraient donner lieu, avec la diplomatie belge, à de nouvelles discussions sur la crise en RDC.

Le dialogue est décidement très dense, ces dernières semaines, entre les chefs d’État d’Afrique centrale et leurs homologues européens. Début juin, deux d’entre eux, João Lourenço et Paul Kagame, qui viennent de se succéder à Paris, devraient à nouveau se croiser. À Bruxelles, cette fois.

Le président angolais João Lourenço effectue une visite officielle en Belgique du 3 au 5 juin. Il doit y rencontrer le roi Philippe, le Premier ministre Charles Michel et le vice-Premier ministre en charge des Affaires étrangères, Didier Reynders. Il devrait également en profiter pour effectuer une visite au port d’Anvers, ainsi qu’à son secteur diamantaire.

Lundi matin, le président angolais a notamment visité l’Académie royale militaire aux côtés du ministre belge des Affaires étrangères.


>>> A LIRE – Belgique – RDC : que reste-t-il de la Belgafrique ?


Le Royaume de Belgique s’apprête par ailleurs à accueillir, presque simultanément, un autre chef d’État : le Rwandais Paul Kagame, également président en exercice de l’Union africaine (UA), y séjournera en effet à partir de lundi 4 juin, jusqu’au mercredi 6, à l’occasion des Journées européennes du développement.

Il doit notamment rencontrer le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, le président du Conseil européen, Donald Tusk, ainsi que celui du Parlement européen, Antonio Tajani. Cette visite aura également une composante bilatérale importante, puisque Paul Kagame rencontrera lui aussi le roi Philippe et Charles Michel.

Ce ballet diplomatique bruxellois interviendra à peine une semaine après la visite de ces deux mêmes chefs d’État en France, où ils ont chacun rencontré leur homologue français Emmanuel Macron. Comme à Paris, la crise politique en RDC fera partie des principaux sujets de discussion.

« Complot à ciel ouvert »

Recevant Paul Kagame, le président français avait notamment affirmé qu’il soutenait « l’initiative » du président en exercice de l’UA sur la RDC, « en lien étroit avec le président angolais ». Au Palais de l’Élysée, João Lourenço avait pour sa part « conseillé » au président Joseph Kabila de respecter l’accord de la Saint Sylvestre.

Paris s’appuie en fait sur les pays de la région pour obtenir que la présidentielle congolaise soit organisée dans les délais prévus (c’est-à-dire le 23 décembre 2018) et que Joseph Kabila quitte le pouvoir, conformément à la Constitution.


>>> A LIRE – Macron va-t-il achever la Françafrique ? Enquête à lire dans JA n°2994


Kinshasa n’avait pas caché son agacement vis-à-vis des rencontres entre ces trois chefs d’État. Le ministre de la Communication, Lambert Mende, a ainsi dénoncé un « complot à ciel ouvert » contre la RDC. Quant à son collègue des Affaires étrangères, Léonard She Okitundu, il a convoqué les ambassadeurs de France, d’Angola et du Rwanda à Kinshasa, le 26 mai, pour leur demander des « explications ».

Les visites des présidents angolais et rwandais à Bruxelles ne seront probablement pas de nature à rassurer le pouvoir congolais. La Belgique, qui entretient des relations tendues avec son ancienne colonie, est en effet partisane d’une ligne plus ferme encore que celle de la France vis-à-vis de Kinshasa.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte