Dossier

Cet article est issu du dossier «Crise en Libye : accord à Paris pour des élections le 10 décembre»

Voir tout le sommaire
Diplomatie

Crise en Libye : accord sur des élections présidentielle et législatives le 10 décembre

Les participants à la rencontre sur la crise en Libye, à l'Élysée ce mardi 29 mai, qui a débouché sur un accord portant sur des élections le 10 décembre 2018. © Etienne Laurent/Pool via Reuters

Les représentants des différentes parties prenantes de la crise libyenne, réunis mardi 29 mai à l'Élysée, à Paris, ont signé une déclaration commune prévoyant notamment l'organisation des élections législatives et de la présidentielle le 10 décembre 2018.

C’était l’un des objectifs affichés de la rencontre – dont JA avait annoncé la tenue dès vendredi – qui a rassemblé ce mardi 29 mai les principaux acteurs de la crise en Libye : parvenir à un accord débouchant sur l’organisation d’élections avant 2019.


>>> A LIRE – Libye : rencontre au sommet à Paris pour une sortie de crise


Le maréchal Khalifa Haftar, le Premier ministre Fayez al-Sarraj, le président du Parlement Aguila Salah, et le président du Haut Conseil d’État Khaled Al-Mishri se sont entendus pour organiser les élections législatives et présidentielle le 10 décembre 2018.

Scrutins le 10 décembre

Les différentes parties se sont entendues pour faire de l’adoption d’une « base constitutionnelle » un préalable à l’organisation du scrutin. « L’adoption d’une Constitution constituera une étape essentielle pour la souveraineté de la nation libyenne », insistent les signataires de l’accord, qui s’engagent à apporter leur « soutien au représentant spécial des Nations unies dans ses consultations auprès des autorités libyennes portant sur une proposition et sur le calendrier de son adoption ».

Le texte final pose également l’engagement des acteurs à « adopter les lois nécessaires d’ici le 16 septembre 2018 ainsi qu’à tenir les élections parlementaires et présidentielles le 10 décembre 2018 ».

Un engagement qui vise à rendre effectif l’« accord sur l’organisation d’élections législatives ainsi que présidentielles dans les conditions arrêtées par le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies, en concertation avec le gouvernement d’entente nationale, la Chambre des députés, le Haut Conseil d’État et la Haute commission électorale nationale ».

19 pays, quatre institutions internationales

La « déclaration politique » a été lue en arabe, et approuvée ensuite oralement par les quatre représentants libyens présents (Khalifa Haftar, Fayez al-Sarraj, Aguila Salah et Khaled Al-Mishri). Le président français s’est félicité d’une « rencontre historique », considérant qu’elle constitue « une étape clé pour la réconciliation » et que l’initiative est « accompagnée par l’ensemble de la communauté internationale ».

Le texte se montre également ferme à l’encontre de ceux qui feraient « obstruction » au processus engagé, qui devront ainsi « rendre des comptes ». Mais aucune sanction envisagée n’a été précisée face à une telle éventualité.

Au total, 19 pays (dont la Tunisie, le Maroc, l’Algérie et les pays du Golfe) et quatre institutions internationales étaient représentées à cette réunion : l’ONU, la Ligue arabe, l’Union africaine – via le président du Congo-Brazzaville, Denis Sassou Nguesso, en charge du dossier libyen – et l’Union européenne. Mahamadou Issoufou, président du Niger, et Idriss Déby Itno, président du Tchad, étaient également présents.

Fermer

Je me connecte