Dossier

Cet article est issu du dossier «Angola : le virage diplomatique de João Lourenço»

Voir tout le sommaire
Économie

Angola : Total lance un projet et finalise une série d’accords

Le logo de Total sur la tour de La Défense à Paris, jeudi 11 janvier 2016. © Michel Euler/AP/SIPA/2016

Le groupe français Total a signé lundi une série d'accords avec l'Angola, dont le président est actuellement en visite à Paris, et annoncé le lancement d'un nouveau projet pétrolier au large du pays.

Le groupe pétrolier et gazier et ses partenaires ont pris la décision d’investir dans le développement du projet Zinia 2 en eau profonde, un projet de 1,2 milliard de dollars.

Il est situé dans le bloc 17, qui est opéré par Total avec une part de 40% aux côtés d’autres partenaires (le norvégien Equinor, l’américain ExxonMobil et le britannique BP). La compagnie nationale Sonangol est le concessionnaire du permis.

La capacité de production de 40 000 barils par jour de Zinia 2 permettra de soutenir celle du champ de Pazflor, démarré en 2011, en mutualisant des unités flottantes de production et de stockage déjà existantes, indique Total.

« Gagnant-gagnant »

Le groupe souligne que cet investissement a été permis par un cadre fiscal avantageux pour ce genre de projet de taille plus petite. « C’est gagnant-gagnant parce qu’autrement ce genre de ressources trop petites resterait au fond des océans », a souligné Patrick Pouyanné, PDG de Total, lors d’une conférence de presse.

Il s’agit de « champs dont les tailles ne permettent pas de faire des développements avec des infrastructures nouvelles mais qui peuvent être raccordés sur des infrastructures existantes ».

Il a salué les « efforts importants » des autorités angolaises « pour convaincre les investisseurs de réinvestir dans l’économie et dans le secteur énergétique et pétrolier en Angola ».

Patrick Pouyanné a aussi signé lundi à Paris une série d’accords avec le président de la Sonangol, Carlos Saturnino, qui concrétisent également des protocoles d’accord annoncés en décembre.

Total et Sonangol se sont ainsi associés à 50/50 pour mener l’exploration sur le bloc 48 dans les eaux ultra profondes de l’Angola, avec une première phase de deux ans qui comprendra le forage d’un puits.

Réseau de stations-service

Le deux groupes doivent aussi former une coentreprise pour développer un réseau de stations-service en Angola, incluant la logistique et la fourniture de produits pétroliers. Elles fonctionneront sous la marque Total.

Ces annonces interviennent en marge d’une visite à Paris du président de l’Angola, Joao Lourenço, qui a pris les rênes du pays en septembre après la victoire du parti au pouvoir lors des élections générales d’août.

Pendant sa campagne électorale, il avait promis de relancer l’économie du pays, affectée par une grave crise, et de lutter contre la corruption. Il prône aussi la fin de l’ère du tout pétrole.

Il avait annoncé à la mi-novembre avoir limogé la présidente de la compagnie pétrolière nationale, Isabel dos Santos, fille de l’ex-chef de l’État José Eduardo dos Santos et symbole du népotisme reproché à son régime. Elle a été remplacée par l’ancien secrétaire d’Etat au Pétrole, Carlos Saturnino.

Fermer

Je me connecte