Sécurité

Mali : deux villageois tués par des jihadistes présumés dans le centre du pays

Une voiture du don des USA à l'armée malienne tombée aux mains d'Ansar Eddine © Baba Ahmed pour JA

Deux personnes ont été tuées le 21 mai par des jihadistes présumés dans un village du centre du Mali, situé dans la vallée du fleuve Niger.

Selon un élu de la région, « des jihadistes sont arrivés dans le village de Waaka, situé dans la commune de Diafarabé, dans le cercle de Ténenkou. Ils ont assassiné [lundi 21 mai, ndlr] Sinaly Sampana […] et Maré Téréta, dit Dédé, les accusant d’être opposés aux intérêts des jihadistes ».

« Les jihadistes sont arrivés à moto. Ils avaient des armes. Directement, ils se sont dirigés vers Sinaly Sampana, âgé de 82 ans, et vers Maré Téréta », a confirmé un habitant de la localité. « Ils ont tiré et ils sont repartis ».

« Les jihadistes ont affirmé qu’ils allaient revenir tuer tous les autres ennemis de l’islam », a expliqué un autre habitant du village de Waaka, également connu sous le nom de Goua.

Attaques meurtrières régulières

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda. Ces groupes en ont été en grande partie chassés à la suite du lancement en janvier 2013 d’une intervention militaire française, qui se poursuit.


>>> A LIRE – Mali : comment Hollande est devenu un chef de guerre


Des zones entières demeurent hors du contrôle des forces maliennes, françaises et internationales, régulièrement visées par des attaques meurtrières, malgré la signature en mai-juin 2015 d’un accord de paix, censé isoler définitivement les jihadistes, dont l’application accumule les retards. Depuis 2015, ces attaques se sont étendues au centre et au sud du Mali et le phénomène déborde sur les pays voisins, en particulier le Burkina Faso et le Niger.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte