Corne de l’Afrique : les bailleurs internationaux promettent 8 milliards de dollars

Par Jeune Afrique

Ban Ki Moon est le Secrétaire général de l'ONU. © AFP

Des bailleurs de fonds internationaux, dont la Banque mondiale, la Banque africaine de développement et l'Union européenne, ont promis huit milliards de dollars pour soutenir la croissance économique dans huit pays de la Corne de l'Afrique.

Des bailleurs de fonds internationaux, dont la Banque mondiale, la Banque africaine de développement et l’Union européenne, ont promis huit milliards de dollars (6,3 milliards d’euros) pour soutenir la croissance économique et lutter contre la pauvreté dans huit pays de la Corne de l’Afrique.

Certaines économies de la région, qui comprend le Kenya, la Somalie, l’Éthiopie, l’Érythrée, Djibouti, l’Ouganda, le Soudan et le Soudan du Sud, enregistrent les taux de croissance parmi les plus élevés au monde et possèdent de vastes et inexploitées réserves de ressources naturelles mais la région est frappée par une pauvreté extrême et minée par les conflits.

>>> La Corne de l’Afrique touchée par la pire sécheresse depuis soixante ans

Lire aussi : 

L’UE et la Banque mondiale promettent 8 milliards de dollars pour le Sahel

La France réduit (encore) le budget de son aide au développement

La Banque mondiale réaffirme son engagement en faveur des États fragiles

Intégration à marche forcée pour le COMESA

Le Somaliland se rêve en hub de l’Afrique de l’Est

Éthiopie : les fragilités d’un champion africain

Progrès méconnus

« Les pays de la Corne de l’Afrique enregistrent des progrès considérables, qui restent cependant méconnus, sur le plan économique et politique. Il s’agit donc d’un moment propice pour soutenir leurs efforts, mettre fin aux cycles des conflits et à la pauvreté, et passer ainsi d’une situation de fragilité à un développement durable, a indiqué Ban Ki Moon dans un communiqué de presse.

Les fonds récoltés sont destinés à soutenir la construction d’infrastructures, dont des gazoducs et oléoducs, et des programmes dans les domaines de la santé, de l’énergie et de l’enseignement universitaire.

Répartition

La Banque mondiale a promis 1,8 milliard de dollars, dont 600 millions qui seront fournis par la Société financière internationale (IFC) son bras armé dans le secteur privé pour, entre autres, financer un projet de route et d’oléoduc traversant l’Ouganda, le Kenya et la Soudan du Sud.

L’Union européenne s’est engagée pour sa part à fournir 3,7 milliards de dollars d’ici à 2020, dont 10 % seront consacrés au développement des activités transfrontalières dans la région. La Banque africaine de développement a garanti 1,8 milliards au cours des trois prochaines années.

De son côté, la Banque islamique de développement s’est engagée à verser un milliard de dollars pour des projets à Djibouti, en Somalie, au Soudan et en Ouganda.

Hydrocarbures

Actuellement, seuls le Soudan et le Soudan du Sud produisent du pétrole, mais des gisements gaziers et pétroliers ont été découverts dans quasiment tous les pays de la région. La production de pétrole doit bientôt débuter en Ouganda et dans la région du lac Turkana au Kenya. Selon la Banque mondiale, la famine et les conflits ont fait 2,7 millions de réfugiés dans la région et six millions de déplacés à l’intérieur de leurs pays.

>>> Dossier pétrole : pactole en vue en Afrique de l’Est

(Avec agences)

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici