Côte d’Ivoire : l’UDPCI d’accord pour un « parti unifié » en vue de la présidentielle

Par Jeune Afrique avec AFP

Albert Mabri Toikeusse (Côte d'Ivoire), ministre du Plan et du Développement. A Paris, le 3 juillet 2015. © Vincent Fournier / JA

L'UDPCI, troisième parti de Côte d'Ivoire représenté au parlement a décidé de rejoindre le « parti unifié » RHDP, grande coalition souhaitée par le pouvoir en vue de l'élection présidentielle de 2020.

Réunie samedi en congrès extraordinaire à Yamoussoukro, l’Union pour la démocratie et la paix en Côte d’Ivoire (UDPCI), qui compte six députés à l’Assemblée, a « adopté les projets de textes du Parti unifié RHDP« , selon un communiqué transmis dimanche.

« Tendons (…) la main du rassemblement et de l’unité », a déclaré le président de l’UDPCI Toikeusse Mabri, ancien ministre des Affaires étrangères, lors du discours d’ouverture du congrès.

« Garder son autonomie »

La transformation en un véritable parti unifié de l’actuelle coalition électorale au pouvoir, le Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), est un serpent de mer de la politique ivoirienne depuis une dizaine d’années.

Ce parti unifié est souhaité par le parti du président Alassane Ouattara, le Rassemblement des Républicains (RDR), mais suscite des réticences chez ses alliés, notamment le principal d’entre eux, le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), de l‘ancien président Henri Konan Bédié.

Fin avril, l’Union pour la Côte d’Ivoire (UPCI, 3 députés à l’Assemblée), pourtant membre de la coalition RHDP, a refusé de rejoindre le parti unifié à l’issue d’un vote de ses militants. L’UPCI a souhaité « garder son autonomie », a expliqué son président Brahima Soro.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici