Santé

Ebola en RDC : la liste des cas suspects s’allonge, mais deux seulement ont été confirmés

Un virion de la fièvre hémorragique Ebola. © Frederick Murphy/AP/SIPA

Une nouvelle flambée d'Ebola touche le territoire de Bikoro, au nord-ouest de la capitale Kinshasa, où deux cas ont été confirmés par les autorités. Une vingtaine d'autres demeurent suspects.

« Pour le moment, nous avons reçu cinq échantillon. Et deux se sont révélés positifs au virus Ebola », affirme à Jeune Afrique une source à l’Institut national de recherche biomédicale de Kinshasa. Même son de cloche du côté du ministère congolais de la Santé, en réunion de crise ce jeudi, qui assure « préparer une descente demain sur le terrain afin de prélever et d’examiner de nouveaux échantillons ».

Un procédé impératif pour vérifier que la personne malade est effectivement atteinte d’Ebola. « Car il existe bien d’autres pathologies susceptibles de présenter des symptômes comparables », explique une source à l’ONG Médecins sans Frontières – qui a dépêché une mission à Bikoro.


>>> A LIRE – Ebola et la RDC, une si longue histoire


La neuvième flambée en RDC

De son côté, l’AFP estime que l’épidémie a déjà fait 17 morts sur un total de 25 malades dans la zone de Bikoro. « Quatre nouvelles personnes contaminées par la maladie (…), parmi lesquelles deux (membres du) personnel soignant », a affirmé jeudi à l’AFP le Dr Serge Ngalebato, médecin directeur de l’hôpital général de Bikoro.

C’est la neuvième fois que la RDC – pays où est apparue le virus pour la première fois – est confrontée à Ebola. La dernière flambée, qui remonte à 2007, avait fait officiellement quatre morts. Bien loin de l’hécatombe causée par l’épidémie de fin 2013 à 2016, qui avait tué plus de 11 300 personnes en Afrique de l’Ouest.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte