Municipales en Tunisie : le parti islamiste Ennahdha en tête à Tunis

Par Jeune Afrique avec AFP

Un bureau de vote à Tunis le dimanche 6 mai 2018. © Hassene Dridi/AP/SIPA

Le parti islamiste Ennahdha est arrivé en tête à Tunis à l'issue des municipales du 6 mai, sans pour autant disposer de la majorité absolue requise pour l'élection du maire, selon les résultats préliminaires officiels annoncés le 9 mai.

Ennahdha a obtenu 21 sièges sur 60 dans la capitale, tandis que le parti présidentiel Nidaa Tounes, avec lequel il est allié sur le plan national, en a obtenu 17, a précisé le 9 mai l’instance chargée d’organiser les élections (Isie).

Des tractations sont en cours entre les chefs de partis pour mettre en place des coalitions à l’échelon local. Si la candidate d’Ennahdha, Souad Abderrahim, parvenait à emporter l’adhésion d’une majorité absolue de conseillers municipaux, elle deviendrait la première femme maire de la capitale, un poste jusque-là attribué par le président de la République.

Cette docteur en pharmacie de 53 ans, qui dirige une importante entreprise de distribution de produits pharmaceutiques à Tunis, estime que son score lors de l’élection « montre une évolution dans une mentalité masculine qui jugeait la femme incapable d’assumer de grandes responsabilités ». Et qu’elle n’est pas seulement « une décoration », mais une véritable décideuse.

Si elle a rejoint le bureau politique d’Ennahdha depuis septembre 2017, elle rejette la définition d’islamiste et se définit comme « indépendante ». Le parti lui-même, soucieux de ne pas braquer ses opposants, souhaite se présenter comme un parti « musulman démocrate ».

Abstention record

Ces élections, premier scrutin local de l’après révolution de 2011, ont enregistré un fort taux d’abstention. Selon les premiers chiffres de l’Isie publiés lundi 7 mai, le taux de participation était de 33,7 %. Seuls 1 797 154 Tunisiens ont voté, sur les plus de 5,3 millions d’électeurs inscrits.

Boudées par les citoyens, les urnes ont donné la victoire au parti islamiste Ennahdha avec 27,5 % de voix suivi par Nidaa Tounes avec 22,5 % de votes. Un scrutin sans surprise qui souligne la bipolarisation politique qui prévaut à la direction du pays depuis les élections générales de 2014.

Les 7 212 conseillers municipaux élus dimanche dans les 350 municipalités du pays ont jusqu’à juillet pour élire leurs maires.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici