Crise à Madagascar : la Ceni propose des élections anticipées

Par Jeune Afrique avec AFP

Des manifestants à Antananarivo, le 25 avril 2018. © REUTERS/Clarel Faniry Rasoanaivo

La commission électorale malgache (Ceni) a proposé mardi 8 mai d'anticiper la date des élections présidentielle et législatives, prévues en toute fin d'année, afin de sortir de la crise politique qui secoue la Grande Ile depuis fin avril.

L’opposition malgache demande le départ du président Hery Rajaonarimampianina, élu fin 2013. Ce dernier n’a pas encore annoncé s’il allait ou non briguer un nouveau mandat. C’est dans ce contexte que la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) livre sa proposition : « Selon l’article 52 de la Constitution, il est possible de tenir une élection anticipée », a mardi à la presse déclaré son président, Hery Rakotomanana.

Refus de l’opposition

« Si cette solution convient à tous (le gouvernement et l’opposition), alors la Ceni propose la date du 29 août 2018 pour le premier tour de l’élection présidentielle », a-t-il ajouté. La Ceni a invité toutes les parties prenantes à la crise à discuter vendredi de ces nouvelles propositions.

En janvier, la commission électorale avait annoncé que les élections se tiendraient entre le 25 novembre et le 25 décembre. Il revient cependant au gouvernement d’en fixer la date précise.

Dans le cas où des élections anticipées ne feraient pas l’unanimité, la Ceni a proposé de les organiser le 28 novembre ou de les retarder au 29 mai 2019.

Laissez d’abord démissionner ceux qui doivent le faire et on parlera d’élections après

L’opposition a d’ores et déjà rejeté ces propositions. « C’est la démission de Hery Rajaonarimampianina et de son équipe que l’on veut », a réagi la députée Hanitriniaina Razafimanantsoa. « La Ceni ne propose qu’une solution tape-à-l’oeil. Laissez d’abord démissionner ceux qui doivent le faire et on parlera d’élections après », a-t-elle ajouté devant des partisans réunis, comme tous les jours depuis le 21 avril, sur la place du 13 mai à Antananarivo.

La fronde a débuté après l’adoption de nouvelles lois électorales, jugées partiales par l’opposition. Cette dernière a obtenu partiellement satisfaction la semaine dernière avec l’annulation par la Haute cour constitutionnelle de certaines dispositions controversées de ces textes.


>>> A LIRE – Crise à Madagascar : l’armée se pose en garante des institutions


Elle a toutefois décidé de poursuivre la mobilisation jusqu’à ce que la plus haute juridiction du pays se prononce sur la demande de destitution du chef de l’Etat qu’elle a récemment déposée.

La communauté internationale (ONU, Union africaine, SADC) a dépêché plusieurs médiateurs à Madagascar, pays très pauvre à l’histoire politique récente mouvementée. Les négociations entre l’opposition et le pouvoir sont actuellement au point mort.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici