Musique

Biennale de Dakar : Afropunk s’invite dans le off

Le festival Afropunk s'invite à Dakar. ©

L'escale à Dakar du festival Afropunk s'achève ce samedi avec un concert du maître nigérian du blufunk Keziah Jones.

La scène tendance et branchée de Dakar a de quoi jubiler. Afropunk a pris ses quartiers à Dakar le 2 mai dernier, à l’hôtel Sokhamon, peu avant l’inauguration de la 13e édition de la Biennale. Un heureux hasard du calendrier pour ce mini-festival, organisé sur trois jours, et intitulé Afropunk Fest The Takeover Dakar.

Une première en Afrique de l’Ouest pour les organisateurs d’Afropunk, Matthew Morgan et Jocelyn Cooper, qui, après avoir délocalisé le festival en Afrique du Sud, semblent désormais s’intéresser de prêt à l’Afrique francophone. « Cet événement nous permet de prendre le pouls de la capitale sénégalaise », confie Jocelyn Cooper. « Et force est de constater que Dakar est une ville électrisante à tout point de vue. »

C’est grâce à l’agence événementielle sénégalaise Lijjanti (« débrouille » ou « négoce » en français), fondée par Ami Sarr en janvier 2018, que la présence d’Afropunk à Dakar a été rendue possible. En termes de programmation, la jeune femme a d’ailleurs réuni des artistes de la scène sénégalaise en phase avec l’esprit Afropunk.

KT

Du beatmaker électro Ibaaku  – qui a d’ailleurs ouvert les festivités le 2 mai en compagnie du fameux MC californien Raashan Ahmad – à l’artiste sénégalais Nix en passant par le rappeur Rhapsod ou le rappeur togolais Elom 20ce. De surcroît, pour le pop-up store de l’évènement, ce sont les pièces de designers hors-normes et déjantés qui sont proposés à la vente : Selly Raby Kane (qui a fait office de directrice artistique de l’événement),  Bull Doff ou encore L’Artisane.

KT

KT

« On tenait à ce qu’Afropunk se déplace en Afrique de l’Ouest. La période de la Biennale de Dakar était une belle occasion.  Jocelyn et Matthew ont ainsi un aperçu de comment les choses pourraient fonctionner à Dakar en cas d’organisation d’un festival », explique Ami Sarr. « De plus, c’est l’occasion de montrer que les artistes sénégalais sont partie prenante dans l’intégration de la communauté noire au sein de l’industrie culturelle globale. »

#afropunkthetakeoverdakar @jatouna

A post shared by Lijjanti ♥️ (@lijjanti) on

En juillet 2017, Matthew Morgan nous confiait réfléchir à d’autres éditions africaines du festival Afropunk au Ghana, au Nigeria, au Kenya ou en Côte d’Ivoire. « Il est vrai que nous pensons aussi fortement à Abidjan », réaffirme Jocelyn Cooper. Toutefois, il semble bien que le Sénégal soit désormais en tête de liste.

Cet épisode Afropunk dakarois devrait se clore en beauté ce samedi 5 mai, à partir de 19 heures et au tarif de 5000 francs CFA (10 000 francs CFA après 21h) avec, à l’affiche, le collectif musical ElectrAfrique mais surtout, la star nigériane Keziah Jones.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte