Économie

Cameroun : les cinq leçons du recensement général des entreprises

Le marché de Mokolo, à Yaoundé. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Le deuxième recensement général des entreprises du Cameroun dresse le portrait d'une économie dominée par les services, avec une activité concentrée à Douala et Yaoundé, tandis que le secteur privé reste peu pourvoyeur d'emplois.

L’Institut national de la statistique (INS) du Cameroun vient de publier son deuxième recensement général des entreprises, qui fournit une radiographie de la situation du secteur formel du pays. JA détaille les principaux enseignements de ce document.

  • Avec 84,2 % des entreprises, le secteur des services reste dominant

« Avec 84,2 % d’unités recensées opérant principalement dans le commerce, le secteur tertiaire confirme sa très forte représentativité », contre 15,6 % pour le secteur secondaire (industrie) et 0,2 % pour le secteur primaire (agriculture). « Bien que le commerce reste l’activité dominante en termes de nombre d’entreprises, on note une forte dynamique démographique dans les industries manufacturières (notamment l’agroalimentaire), et dans le secteur financier (les banques et assurances), l’hôtellerie, la restauration et l’immobilier. » indique l’INS.

  • Les villes de Douala et Yaoundé concentrent la majeure partie de l’activité économique

Ces deux métropoles concentrent à elles seules 60 % des entreprises, 61,6 % des emplois permanents et 76,4 % du chiffre d’affaires. « En raison de la proximité des marchés et des infrastructures économiques et énergétiques, ces unités économiques ont une propension élevée à s’installer dans les zones urbanisées », souligne l’Institut.

  • Hausse du poids des petites entreprises dans l’économie camerounaise

Le chiffre d’affaires global des entreprises a atteint 13 347 milliards de FCFA (20,3 milliards d’euros) en 2015, contre 10 225 milliards en 2008, soit une progression de 30,5 %, tandis que le chiffre d’affaires moyen a chuté de 116 millions de FCFA (177 000 euros) en 2008, à 65,6 millions de FCFA en 2015.

Si les moyennes entreprises et les grandes entreprises ont dégagé 82,2 % du chiffre d’affaires global en 2008 et 75,8 % en 2015, elles n’ont employé que 32,9 % des effectifs en 2015 contre 46,4 % en 2008. En revanche, les très petites entreprises et les petites entreprises ont connu une hausse de leur contribution au chiffre d’affaires global, passant de 17,8 % en 2008 à 24,2 % en 2015. Leur part dans l’emploi total a suivi la même tendance, atteignant 67,1 % en 2015 contre 53,6 % en 2008.

  • L’emploi formel compte pour moins de 1 % de la population active

« Les entreprises recensées utilisent au total 635 969 employés permanents en 2015 contre 386 263 employés permanents en 2008 », note l’INS. Les PME totalisent 459 552 emplois. À cela s’ajoutent 262 000 agents du secteur public, alors que la population active camerounaise s’établissait à plus de 10 millions de personnes en 2016.

« Cette faible capacité d’absorption des entreprises camerounaises, et d’une manière générale du secteur moderne, en matière d’emploi est révélatrice de la fragilité du secteur moderne et de son incapacité à créer des emplois salariés décents pour la majorité de la population active qui trouve finalement refuge dans le secteur informel en exerçant des activités précaires », écrit l’organisme statistique.

  • Des obstacles fiscaux et administratifs

Les préoccupations d’ordre fiscal demeurent importantes, même si elles se sont atténuées par rapport à 2009 : 59 % des chefs d’entreprise les avaient alors citées comme des obstacles à l’entrepreneuriat, contre 54 % en 2016. Si, lors du précédent recensement, les entrepreneurs se plaignaient ensuite des problèmes de financement (à 55,6 %) et de la corruption (à 50,6 %), ce sont les formalités administratives qui constituent le deuxième obstacle aux yeux des entrepreneurs en 2016 (34,2 %). Ils s’inquiètent aussi de l’accès au crédit (30,7 %) et des débouchés à leur activité, un motif qui n’apparaissait pas en 2009 mais a été en 2016 autant cité que la corruption, par 18,1 % des sondés.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte