Ouverture de la Biennale de Dakar : Laeïla Adjovi primée, l’État sénégalais engagé

Par - envoyée spéciale à Dakar

Lors de l'ouverture de la Biennale 2018, à Dakar. © DR / @QuebecDakar

La cérémonie d'ouverture de la 13ème édition de la manifestation d'art contemporain s'est déroulée ce jeudi au Grand Théâtre National en présence de son commissaire, Simon Njami, mais aussi du chef de l'État sénégalais Macky Sall et du ministre de la Culture, Abdou Latif Coulibaly.

C’est une belle consécration pour Laeïla Adjovi, photographe et journaliste originaire du Bénin. Cette dernière a vu sa série photographique, Malaïka Dotou Sankofa (2016), auréolée du Grand Prix Léopold Sédar Senghor de la 13ème édition de la Biennale de Dakar. Soit 10 millions de francs CFA à la clé pour l’artiste. Cette dernière a tenu a rappeler que son œuvre était le fruit d’un travail collaboratif avec le photographe Loïc Hoquet, en lui dédiant le prix.

Malaïka Dotou Sankofa #1 Laeïla Adjovi Loïc Hoquet © DR

Pour la francophonie de Léopold Sédar Senghor et Abdou Diouf, la diversité culturelle est une nécessité

Parmi les autres prix décernés, celui de l’UEMOA – à hauteur de 5 millions de francs CFA -, décerné au photographe ivoirien Franck Fanny, ainsi que le prix de la diversité de l’Organisation internationale de la Francophonie décerné à la Marocaine Souad Lahlou (soit 15 000 euros pour l’organisation d’une formation et la mise en place d’une résidence artistique).

« Pour la francophonie de Léopold Sédar Senghor et Abdou Diouf, la diversité culturelle est une nécessité », a tenu à rappeler Youma Fall, directrice en charge de la diversité et du développement culturels au sein de l’OIF. L’ancienne administratrice générale du Grand Théâtre de Dakar a également lancé une pique qui n’a pas manqué de réjouir le public : « Il ne devrait pas y avoir d’assignation à résidence pour les artistes. »

Enfin, le ministère de la Culture sénégalais a attribué son prix de la Révélation à l’artiste nigérian Tejuoso Olanrewaju, très ému en le récupérant des mains du ministre de la Culture Abdou Latif Coulibaly.

Cette cérémonie d’ouverture fut également l’occasion pour Macky Sall d’annoncer les engagements pris par le Sénégal en faveur de l’art contemporain. Et ce, parce que « les œuvres de (nos) artistes intéressent de plus en plus les collectionneurs d’arts du monde entier ».

Il serait aussi heureux que la Biennale relève le défi de la participation des grands marchands d’art et collectionneurs du monde

Il a d’abord évoqué le renforcement de la formation des artistes afin de « rompre avec le préjugé selon lequel l’artiste africain naît créatif ». Pour ce faire, le président sénégalais entend mutualiser les filières existantes et appuyer les programmes éducatifs autour de l’art.

Il a également promis une prise en charge plus affirmée des entreprises et industries créatives, notamment via un soutien aux galeries d’art. « Il serait aussi heureux que la Biennale, référence majeure sur le continent, relève le défi de la participation des grands marchands d’art et collectionneurs du monde attirés par l’art contemporain africain », ajouté Macky Sall.

Loi 1%

Il a par ailleurs abordé la problématique du droit d’auteur et de la propriété intellectuelle, en annonçant la mise en place d’une coopération avec l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI).

Un projet de loi – dit « loi 1% » -, est actuellement en préparation, avec pour objectif d’affecter ce pourcentage à un programme artistique dans tout projet de construction publique, avec un coût prévisionnel de 20 millions de francs CFA au total.

De plus, la subvention de 500 millions de FCFA octroyée pour la Biennale devrait désormais intervenir chaque année. Ainsi la manifestation bénéficiera d’un budget d’1 milliard de francs CFA au total. « Cela permettra d’avoir les moyens de mieux préparer la Biennale l’année qui précède sa tenue », précise le ministre Abdou Latif Coulibaly.

Macky Sall a également ajouté qu’il se ferait un plaisir de se faire l’avocat de la Biennale auprès de l’Union africaine, afin que cette dernière participe au financement de la culture en Afrique. Affaires(s) à suivre…

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici