Infographies : combien et comment dépensent les États africains en armement ?

Les soldats des forces républicaines ivoiriennes patrouillent dans une section récemment pacifiée du district de Yopougon, à Abidjan, en Côte d'Ivoire, le 5 mai 2011. © Emanuel Ekra/AP/SIPA

1 700 milliards de dollars. C’est la somme colossale que représentent les dépenses d’armement par les États du monde entier en 2017. Qui a dépensé le plus en Afrique ? Comment les achats d’armes ont-ils évolué sur le continent depuis trente ans ? Les réponses en infographie.

Les Tchadiens le savent bien, tout comme les Nigériens : les dépenses en armement ont un impact certain sur le budget de l’État. En d’autres termes, au Sahel – en particulier chez les pays du G5 -, les autorités n’hésitent pas à faire rimer sécurité avec rigueur et réduction des dépenses non liés à l’armement.

En 2017, selon les chiffres de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri) publiés le 2 mai, le Tchad a consacré près de 14% de ses dépenses publiques à l’armement, un peu plus que le Mali (13%) ou le Niger (8,8%). Le gouvernement tchadien se hisse ainsi au niveau de son homologue algérien, plus gros dépensier en armement du continent (16% des dépenses publiques, soit plus de 10 milliards de dollars en 2017).

Ces deux « champions » restent en revanche loin derrière le Soudan (31%, pour 4 milliards de dollars en 2017), un niveau que le Tchad n’a atteint qu’à deux reprises ces trente dernières années, en 2008 (31%) et 2009 (33%), et que l’Angola a frôlé en 1999 (27%).

Retrouvez ci-dessous les dépenses en armement en 2017, en millions de dollars.


Retrouvez ci-dessous l’évolution par zone géographique des dépenses en armement en pourcentage des dépenses publiques, depuis 1988.*








(*) Les ruptures de courbes s’expliquent par l’absence de données sur certaines périodes pour les pays concernés. 

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici