La banque libyenne Assaray se lance dans le micro-crédit

Par - à Tunis

Banque Assaray. © assaraybank.com (capture)

Alors que les banques libyennes ont prêté en 2017 pour moins de 20 millions de dinars (12,3 millions d'euros au marché officiel) au secteur privé, la banque libyenne Assaray lance son agence Assaray Namaa, qui proposera des micro-crédits d'ici à la fin de l'année.

La banque libyenne Assaray a annoncé qu’elle proposerait,  d’ici la fin de l’année 2018, 15 millions de dinars libyens (9,2 millions d’euros) aux petits entrepreneurs libyens via des microcrédits de 20 à 30 000 dinars libyens, via son agence Assaray Namaa. Une véritable révolution dans un pays asphyxié par le manque de financements.

C’est le département Développement international du Royaume-Uni (DFID) et Expertise France qui sont à l’origine de ce projet signé officiellement entre les deux organisations le 2 mai à Tunis. DFID finance à hauteur de 1,5 millions de livres (1,7 millions d’euros), pendant qu’Expertise France jouera le rôle d’expert technique. L’offre sera disponible à Tripoli et à Benghazi.

 Les jeunes et les femmes comme cibles principales

« Je n’ai même pas essayé d’aller à un guichet d’une banque », expliquait Fattoum Nasser, une start-uppeuse de 20 ans, rencontrée fin mars par Jeune Afrique à Deraz, l’un des rares espaces de coworking – cotravail – à Tripoli. Pourtant, la co-fondatrice de Yummy, qui propose des repas à domicile, peut se targuer d’avoir été en décembre une des lauréates du premier concours de start-up organisé en Libye par Tatweer Research et la prestigieuse université américaine MIT.

« L’objectif est la diversification de l’économie libyenne, axée sur le revenu du pétrole. Il s’agit aussi de donner de l’espoir aux jeunes », précise Alexandre Chatillon-Mounier. Le directeur de projet à Expertise France chapeaute aussi le programme européen SLEIDSE, qui vise à promouvoir le secteurs des PME et des start-up en Libye. Ces crédits visent plus particulièrement les jeunes et les femmes.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici