Politique

Journée sans heurt à Madagascar

Les partisans de Andry Rajoelina, au début d'un rassemblement antigouvernemental à Antananarivo, à Madagascar, le samedi 31 janvier 2009. (photo d'illustration) © Jerome Delay/AP/SIPA

Les quelque 2 000 partisans de l'opposition malgache ont déposé mercredi devant la Haute Cour constitutionnelle une demande de destitution du président Hery Rajaonarimampianina, sans qu'aucun incident n'ait été signalé.

Alors que beaucoup d’observateurs craignaient une nouvelle escalade de violence, Madagascar a gardé son calme. Pendant que le pays enterrait les victimes du 21 avril, quelques milliers de personnes se sont retrouvées de nouveau sur la place du 13 mai, à Antananarivo, pour marcher derrière les députés de l’opposition jusqu’au siège de la Haute Cour constitutionnelle (HCC).

Demande de destitution déposée au greffe

Une délégation des élus des partis TIM, MAPAR et MMM, ceints de leurs écharpes tricolores, a été autorisée à entrer dans le bâtiment pour déposer au greffe une requête de destitution du président de la République, Hery Rajaonarimampianina.

Cette action fait suite à la demande de démission, scandée pour la première fois par les manifestants du 23 avril. Si les forces de l’ordre étaient bien présentes pour encadrer le défilé, leur action s’est bornée à limiter l’entrée de la HCC aux seuls membres de la délégation. Sans qu’aucun incident n’ait été signalé. Une nouvelle manifestation est prévue dimanche 29 avril devant les locaux de la HCC.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte