Transport maritime

Nouvelle escalade entre Djibouti et DP World

Terminal à conteneurs de Doraleh (Djibouti) en 2013. © Vincent Fournier/Jeune Afrique

Suite à la publication dans JA d'un « avis » de DP World maintenant que son contrat de concession sur le terminal à conteneurs de Doraleh (DCT) « est toujours en vigueur », les autorités djiboutiennes ont répliqué, affirmant s'opposer aux « menaces et contre-vérités » de l'opérateur émirati.

Jeune Afrique a relancé – à son insu – la guerre des communiqués entre DP World et l’État de Djibouti. En publiant, sur le magazine panafricain daté du 14 avril, un « avis », pour rappeler que son contrat de concession sur le Doraleh Container Terminal (DCT) « est toujours en vigueur », n’hésitant pas à intimider « toute entreprise qui envisagerait de construire, gérer ou exploiter une infrastructure portuaire à Djibouti », l’opérateur émirati a provoqué la colère des autorités djiboutiennes.


>>> A LIRE – Djibouti : DP World chassé du port de Doraleh


Dès le lendemain, via différentes agences de relations publiques en Europe, ces dernières ont déclenché un véritable tir de barrage médiatique, pour « s’opposer fermement aux menaces et contre-vérités diffusées par DP World » et rappeler « le pouvoir souverain dont dispose chaque État ».

Multiplication des annonces

Les deux camps sont à couteaux tirés depuis le 22 février et la décision prise unilatéralement par le gouvernement djiboutien de résilier le contrat signé avec DP World en 2006. Cette nouvelle escalade verbale intervient alors que les autorités djiboutiennes multiplient les annonces.


>>> A LIRE – Aboubaker Omar Hadi : « Il n’est pas question que DP World reste actionnaire du terminal à conteneurs de Djibouti »


Dès le 23 février, les autorités portuaires confirmaient l’arrivée de la compagnie maritime CMA-CGM, suivie le 7 mars par le singapourien, Pacific International Lines (PIL). De quoi contrarier les dirigeants dubaïotes, qui ont engagé une procédure à l’encontre de Djibouti devant la Cour d’arbitrage international de Londres, « pour saisie illégale du terminal ».

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte