Société

Afrique du Sud : hommage populaire à « Mama » Winnie Mandela

Des milliers de Sud-Africains se sont rassemblés mercredi dans un stade de Soweto pour rendre un hommage populaire à « Mama » Winnie Mandela., le 11 avril 2018. © Themba Hadebe/AP/SIPA

Des milliers de Sud-Africains se sont réunis mercredi dans le stade du township de Soweto, pour rendre un nouvel hommage populaire et ému à Winnie Madikizela-Mandela. Icône de la lutte contre l'apartheid, l'ancienne épouse du président Nelson Mandela est décédée le 2 avril à l'âge de 81 ans.

« Elle était une femme extraordinaire, une mère, un soldat, une combattante (…), je pensais qu’elle vivrait pour l’éternité », a lancé à la foule un de ses nombreux petits-enfants, Bambatha Mandela. Winnie Madikizela Mandela est décédée le 2 avril à l’âge de 81 ans des suites « d’une longue maladie ».

Aux côtés de son ex-mari Nelson Mandela, elle aura incarné la lutte de « libération » de la majorité noire du pays contre la ségrégation raciale. En hommage, le pays a décrété un deuil national jusqu’à samedi, date de ses funérailles officielles. Celles-ci seront l’occasion d’un grand rassemblement présidé par le chef de l’État Cyril Ramaphosa.


>>> A LIRE – Winnie Mandela : « La nation Arc-en-Ciel est un mythe total »


« La Mère de la nation »

Themba Hadebe/AP/SIPA

Elle aurait pu déménager pour les banlieues, mais elle a choisi de ne pas le faire

En attendant, une première cérémonie officielle s’est déroulée mercredi dans le stade emblématique d’Orlando, un des quartiers de Soweto. Surnommée « la Mère de la nation », Winnie Mandela est restée fidèle toute sa vie à ce township pauvre de Johannesburg, où elle avait rencontré Nelson Mandela en 1957 à un arrêt de bus. Elle avait ainsi continué d’y vivre, au contraire de la plupart de ses compagnons de lutte.

« Elle aurait pu déménager pour les banlieues, comme beaucoup d’entre nous, mais elle a choisi de ne pas le faire », a rappelé à la tribune son petit-fils Bambatha. « Je ne pense pas vouloir me lever au milieu de mes ennemis », avait-elle coutume de dire, a-t-il rappelé.

« Une héroïne »

Themba Hadebe/AP/SIPA

Je ne sais pas où va aller l’Afrique du Sud sans elle, personne ne pourra la remplacer

Persécutions du régime, gardes à vue, assignations à résidence, agressions… Pendant les vingt-sept années d’emprisonnement de Nelson Mandela, « Mama Winnie » est devenue l’égérie de la lutte anti-apartheid. Il y a notamment cette photo, main dans la main avec Nelson lors de sa sortie du pénitencier de Robben Island en 1990, qui a symbolisé la victoire du Congrès national africain (ANC) sur le régime blanc de Pretoria.

« Je me souviens d’elle. J’étais là en 1974 quand elle venait dans les écoles et nous disait qu’il fallait manifester », a raconté à l’AFP un des spectateurs, Lilian Motgung, venu en voisin du quartier de Zakariyya Park. « Pour nous, elle était une héroïne ». « Je ne sais pas où va aller l’Afrique du Sud sans elle, personne ne pourra la remplacer », s’est inquiété un prêtre, John Moletsane.


>>> A LIRE – Winnie Mandela, la femme noire qui ne baissait pas les yeux


Un océan vert, jaune et noir

Themba Hadebe/AP/SIPA

La forteresse noire de la dignité humaine ne pourra pas disparaître du cœur saignant de l’Afrique

Au milieu des chants et d’un océan de drapeaux vert, jaune et noir de l’ANC, proches, militants et dirigeants politiques se sont succédés à la tribune du stade pour célébrer sa mémoire. « Je me souviens du jour où nous avons été arrêtées », a rappelé Rita Ndzanga, soulevant un tonnerre d’applaudissements.

« Longue vie à l’esprit de combat de Mama Winnie Madikizela-Mandela ! », « Viva Soweto ! » ont repris en cœur le maître de cérémonie et les milliers de spectateurs.

Le vice-président sud-africain David Mabuza a conclu la cérémonie par un éloge grandiloquent. « Tu es le porte-drapeau de notre libération, a-t-il souligné. Même si nous ne te voyons plus, la forteresse noire de la dignité humaine ne pourra pas disparaître du cœur saignant de l’Afrique ».

L’autre « Winnie »

Grand absent de ce concert de louanges : l’autre « Winnie », celle qui s’est attirée la réprobation de certains de ses compagnons de route pour ses appels à la violence et les méthodes musclées de sa garde rapprochée.

En 1986, dans le township de Munsieville près de Johannesburg, elle avait lancé à la foule un véritable appel au meurtre en ces termes: « Ensemble, main dans la main, avec nos boîtes d’allumettes et nos colliers, nous libérerons ce pays ». Une référence au supplice du pneu enflammé.

Cinq ans plus tard, Winnie Mandela avait été reconnue coupable de complicité dans l’enlèvement d’un adolescent, Stompie Seipei, décédé ensuite. Sa condamnation à six ans de réclusion avait été commuée, en appel, en deux ans de prison avec sursis.

Seules quelques rares personnalités, dont l’ancien président Thabo Mbekdi, se sont hardi ces derniers jours à rappeler la part d’ombre de « Winnie ». Ils se sont aussitôt attiré les foudres du président Ramaphosa, qui a dénoncé mardi « ceux qui, à l’intérieur ou à l’extérieur de nos frontières, ont cherché à diaboliser son personnage ». « Elle n’a fait que servir le peuple d’Afrique du Sud », a-t-il tranché.

À son tour, la secrétaire générale adjointe de l’ANC, Jessie Duarte, a fermement sommé mercredi les critiques « de s’asseoir et de se taire ». « Elle était le meilleur que nous puissions avoir », a renchéri une de ses arrières-petites-filles, aussitôt acclamée par le stade d’Orlando.

Fermer

Je me connecte