Le Maroc, pays africain le plus attractif pour les investissements, selon Quantum Global

L'entrée de la Bourse de Casablanca, au Maroc, le 20 avril 2015. © Alexandre Dupeyron pour JA

Le Maroc se hisse en tête du « The Africa Investment Index 2018 », élaboré par le fonds d'investissement Quantum Global. Le royaume profite de sa proximité géographique avec l’Europe et de la régularité des flux des investissements étrangers.

En marge du Africa CEO Forum organisé le 26 et 27 mars à Abidjan en Côte d’Ivoire, le fonds d’investissement suisse Quantum Global, qui gère 8 milliards de dollars, a dévoilé les résultats de la deuxième édition de son indice des pays africains les plus attractifs. Intitulé « The Africa Investment Index 2018 », ce classement considère que le Maroc est l’économie la plus attractive pour les investissements étrangers en Afrique, suivi par l’Égypte, l’Algérie, le Botswana et la Côte d’Ivoire.

Attirer davantage d’investissements étrangers

« Les économies africaines, depuis la baisse des prix du pétrole, ont entamé une diversification pour attirer davantage d’investissements étrangers destinés pour d’autres secteurs », explique le professeur Mthuli Ncube, directeur général du Quantum Global Research Lab, qui était auparavant vice-président et économiste en chef de la Banque africaine de développement.

Cet indice, qui ambitionne de mesurer l’attractivité des économies africaines, prends en compte plusieurs dimensions comme l’activité économique, la démographie, le taux couverture des importations, l’investissement public et même l’usage des réseaux sociaux.

Le Maroc bénéficie de sa proximité avec l’Europe

D’après Mthuli Ncube, la première place du Maroc s’explique par la proximité géographique avec l’Europe, mais aussi par d’autres facteurs, tels que le niveau d’investissements directs étrangers déjà absorbés par le pays. Selon les données de l’Office de changes reprises par Quantum Global Research Lab, en 2017 le Maroc a attiré 2,57 milliards de dollars d’investissement, soit une progression de 12% par rapport à 2016.

Pour le Quantum Global Research Lab, la régularité des flux des IDE attirés par le Maroc justifie son leadership continental. Ces financements vont dans différents secteurs tels que la finance, les énergies renouvelables, l’automobile, l’aéronautique ou encore les TIC. Selon cette étude, les cinq premiers du classement ont cumulé en 2016 des flux d’investissements étrangers s’établissant à 12,8 milliards de dollars.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici