Économie

Congo-Brazzaville : les entrepreneurs de Pointe-Noire cherchent à s’affranchir du pétrole

Sylvestre Didier Mavouenzela, président de la CCIAM de Pointe-Noire © JA

Suite à la baisse des cours du baril mi-2014, le Congo, pays producteur, cherche à diversifier son économie. Après l’agence de promotion des investissements du Congo, c'était au tour des entrepreneurs de Pointe-Noire de faire le déplacement en France à la recherche d'investisseurs dans les domaines de l'agrobusiness, de la logistique ou encore du numérique.

La Chambre de commerce, d’industrie, d’agriculture et des métiers (CCIAM) de Pointe-Noire, la capitale économique du Congo, vient d’achever une mission d’affaires à Nantes et Paris, du 20 au 23 mars, avec 21 entrepreneurs ponténégrins dans le but de nouer des partenariats avec des chefs d’entreprise français.

« L’économie ponténégrine est dépendante à 90 % du pétrole. Le but de cette mission était de voir comment réduire cette pétro-dépendance de l’économie congolaise. L’objectif est d’inciter les entreprises relevant de secteurs permettant une diversification de notre économie de se développer », explique à Jeune Afrique Sylvestre Didier Mavouenzela, président de la CCIAM.

Avec la chute des cours mondiaux du baril et le recul de la production congolaise, les recettes budgétaires du Congo ont baissé de 43 % entre 2013 et 2017, signalait le premier ministre Clément Mouamba en août, dans un entretien à Jeune Afrique. Pour le pays, la diversification de l’économie est donc au rang des priorités.

Un accord avec le prestataire de Total

Le président de la CCIAM est venu présenter aux hommes d’affaires français les secteurs prioritaires identifiés où existent des opportunités d’affaires : l’agrobusiness (agriculture, transformation, stockage), l’industrie du bois, la logistique portuaire – notamment le transport sous-régional à partir de Pointe-Noire – et l’économie numérique, qu’il s’agisse d’intégrer le digital dans les entreprises congolaises ou de renforcer les capacités des mécaniciens confrontés au développement de l’électronique dans les voitures.

Principale moisson de ces rencontres BtoB, la signature, le 3 avril, à Pau, d’un accord de partenariat entre la Citba, une entreprise des Pyrénées-Atlantiques spécialisée dans la chaudronnerie et la tuyauterie industrielle, et l’entreprise congolaise International Service & Investissement Congo Group (ISIC Group), prestataire de Total. Dans le cadre de cette collaboration non-exclusive, ISIC Group sera chargé d’une mission d’assistance, de vente et de promotion des technologies de la Citba au Congo.

En février déjà, l’agence de promotion des investissements du Congo a effectué une mission à Paris et à Bruxelles afin de chercher à séduire les investisseurs français et belges.

Fermer

Je me connecte