Madagascar : l’ancien ministre des Finances mis en détention pour détournement de fonds publics

Par Jeune Afrique

Jean Razafindravonona, alors ministre des Finances et du Budget, fin avril 2014 © Capture d'écran Youtube

L'ex-ministre malgache des Finances Jean Razafindravonona a été placé en détention provisoire pour son implication présumée dans des « dépenses liées à des contrats publics fictifs ».

Arrêté mercredi 21 mars, Jean Razafindravonona, ancien ministre malgache des Finances et du Budget, est actuellement en détention provisoire pour « détournement de fonds publics », a annoncé hier jeudi le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco). « Il est impliqué dans un cas de dépenses liées à des contrats publics fictifs », a déclaré Benjamin Ratovoson, responsable du secteur d’Antananarivo du Bianco.

Les avocats de l’ancien ministre n’ont pas souhaité réagir pour le moment. Ministre d’avril 2014 à février 2015, Jean Razafindravonona exerçait auparavant la fonction de directeur de l’Institut national de la statistique et d’administrateur de la Banque centrale de Madagascar.

Fléau insulaire

Plusieurs scandales de corruption ont été très médiatisés à Madagascar ces dernières années, notamment celui de Claudine Razaimamonjy – proche du chef de l’État Hery Rajaonarimampianina – poursuivie pour « favoritisme » et « faux et usage de faux » dans l’attribution de marchés publics. Son nom serait également cité dans cette affaire concernant l’ex-ministre des Finances.


>>> À LIRE – Madagascar : corruption, pressions… les magistrats se rebiffent


La mise en détention de Jean Razafindravonona intervient quelques semaines après la publication de l’indice de perception de la corruption de Transparency International. Accusant un recul pour la deuxième année consécutive, la Grande Île y est désormais classée 155e, sur 180 pays, perdant ainsi dix places.

L’ONG pointe également le manque de moyens dans la lutte contre la corruption : seulement 0,1 % du budget de l’État malgache lui est alloué. Un thème important pour les Malgaches, qui élisent leur prochain président à partir du 24 novembre prochain.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici