Attaque « terroriste » en France : au moins trois morts lors d’une prise d’otages dans un supermarché

Par Jeune Afrique avec AFP

La police française sécurise la zone de Trèbes touchée par une prise d'otages vendredi 23 mars. © LA DEPECHE DU MIDI/AP/SIPA

La prise d'otages de ce vendredi dans un supermarché de Trèbes, dans le sud de la France, s'est soldée par la mort d'au moins trois personnes. Le suspect, qui se réclamait de l'État islamique et qui serait un Marocain d’une trentaine d’années, a été abattu lors de l'assaut des forces de l'ordre.

« Le preneur d’otages a été abattu », a déclaré vendredi 23 mars Gérard Collomb, le ministre français de l’Intérieur, après l’assaut des forces de l’ordre dans un supermarché de Trèbes.

Au moins trois personnes sont mortes lors de cette prise d’otages survenue ce vendredi dans un supermarché de la localité de Trèbes, près de la ville de Carcassonne en France, selon un bilan provisoire, a déclaré à l’AFP une source proche du dossier.

Le Premier ministre français Édouard Philippe a pour sa part indiqué que tout laisse « à penser » que la fusillade suivie d’une prise d’otages près de Carcassonne était « un acte terroriste ».

Un policier blessé

Quelques heures avant la prise d’otages, un policier a été blessé par arme à feu à l’épaule alors qu’il rentrait d’un footing avec des collègues près de la caserne de Carcassonne, vers 09 h 30 GMT. Il  a été transporté à l’hôpital, mais ses jours ne seraient pas en danger.

La voiture de l’homme qui a tiré sur le policier a été retrouvée sur le parking du supermarché de Trèbes, où s’est déroulée la prise d’otages, a indiqué une source proche du dossier.

Les autorités soupçonnent un Marocain d’une trentaine d’années, suivi pour radicalisation islamiste, d’être le preneur d’otages, a indiqué à l’AFP une source proche de l’enquête.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici