Entreprises & marchés

RDC : quel « partenariat » entre le gouvernement et DP World pour le port en eaux profondes de Banana ?

Port de Matadi, en RDC. © Gwenn Dubourthoumieu pour JA

Mercredi 21 mars à Kinshasa, une conférence de presse menée par les ministres du Transport et du Portefeuille a présenté le projet du port en eaux profondes de Banana, un chantier mené par l'émirati DP World. Mais rien n'est encore signé.

Le ministre des Transports, José Makila, a annoncé un « partenariat » avait été scellé avec l’émirati DP World pour la construction de l’infrastructure, lors de la conférence de presse de présentation du projet de port en eaux profondes de Banana, mercredi 21 mars à Kinshasa, rapporte l’AFP. La veille, il avait présenté le projet en conseil des ministres.

Face à la presse, en compagnie de sa collègue au Portefeuille Wivine Mumba Matipa, il a indiqué que Dubaï Port World « remplissait les conditions légales » pour se voir attribuer ce chantier estimé à plus d’un milliard de dollars, à travers une société de gestion dans laquelle la RDC aura 30 % des parts « non diluables », c’est-à-dire non cessibles, a encore indiqué José Makila. Le projet de cinq quais pourrait générer 5 000 emplois sur une durée de chantier de trente-six mois.

Contactée par Jeune Afrique, DP World confirme que des discussions sont en cours, mais assure que rien n’est encore signé. « Nous communiquerons dès que ce sera fait », assure notre interlocuteur. La société émiratie, présente au Mozambique depuis 2005 et à Dakar et Alger depuis 2008 a grand besoin d’une bonne nouvelle après son éviction brutale, le 23 février, du terminal à conteneurs de Doraleh. José Makila, que Jeune Afrique a tenté de contacter après son entretien avec DP World, était injoignable.

Fermer

Je me connecte