Culture

Tunisie : la Cité de la Culture enfin inaugurée, 18 ans après le lancement du projet

La Cité de la Culture a été inaugurée mercredi 21 mars en Tunisie. © Habib M’henni / Wikimedia Commons

Un complexe culturel bâti sur neuf hectares en plein cœur de la capitale tunisienne a été inauguré mercredi, avec pour invitée d'honneur l'actrice Claudia Cardinale. Lancé au début des années 2000, le projet d'une Cité de la Culture avait été retardé par la révolution tunisienne.

Un musée d’art contemporain, une salle d’opéra de 1 800 places, deux théâtres, une cinémathèque, un centre du livre ou encore des studios et bureaux pour les différents festivals rythmant la vie culturelle tunisienne… La Cité de la Culture, inaugurée ce mercredi 22 mars, est l’un des plus gros chantiers de ces dernières décennies, voué ainsi à devenir le principal pôle culturel en Tunisie. « Nous visons la création d’un projet ambitieux pour les générations futures », a déclaré à la presse Mohamed Zine el Abidine, le ministre de la Culture, qui avait piloté sous Ben Ali le comité chargé de concevoir ce complexe, ouvert au public dans la foulée de l’inauguration.

« C’est une fierté pour la Tunisie, un moment historique », a-t-il martelé, qualifiant le lieu de « plus gros projet culturel réalisé à échelle arabe, maghrébine et africaine ».

Claudia Cardinale et le rappeur Ghali, invités d’honneur

La Cinémathèque de Tunis, hébergée dans les locaux de la toute nouvelle Cité de la Culture, accueillait mardi soir une cérémonie en présence du chef de l’État, Béji Caïd Essebsi, et de l’actrice Claudia Cardinale, née il y a 80 ans à Tunis, à quelques encablures du nouvel édifice.

Une rétrospective des meilleurs films de l’actrice et sex-symbol des années 1960 y était organisée.

Selon le site takriz.com, Claudia Cardinale aurait proposé aux organisateurs de projeter le film Le Fil de Mehdi Ben Attia, dans lequel elle joue le rôle d’une mère d’une jeune homosexuelle. Le film n’a finalement pas été retenu dans la sélection.

Le rappeur tuniso-italien Ghali a également visité la Cité de la Culture de Tunis dans le cadre de son travail avec les ministères des Affaires culturelles et du Tourisme. Pour Ghali, « la Cité de la Culture de Tunis est une grande réalisation, au cœur de la ville et proche des jeunes ». Invité d’honneur, il était très attendu à cet événement mais son concert a été reporté, selon un communiqué du ministère de la Culture.

40 millions d’euros d’investissements

Située sur une des principales artères du centre de la capitale, la Cité de la Culture abritera notamment le chœur et l’orchestre de l’opéra de Tunis, créé récemment et fort de 80 personnes, ainsi qu’un ballet. Cet ensemble de neuf hectares, qui aura finalement coûté 130 millions de dinars (plus de 40 millions d’euros), visait initialement à rassembler toutes les activités culturelles sous l’égide de l’État.

Le complexe a connu des déboires en raison de différends financiers avec le promoteur, avant d’être finalement laissé complètement à l’abandon. Après la révolution ayant chassé Ben Ali du pouvoir en 2011, sa géode en verre avait été gagnée par une lente érosion jusqu’en mars 2016.

Fermer

Je me connecte