Cameroun : Paul Biya en Chine, sans les patrons camerounais

Paul Biya, le président du Cameroun, aux côtés de Li Keqiang, Premier ministre chinois, lors de l'Assemblée générale des Nations unies, le 20 septembre 2016. © Julie Jacobson/AP/SIPA

Le président Paul Biya effectue une visite en Chine les 22 et 23 mars avec, en point d'orgue, une rencontre avec son homologue chinois Xi Jinping. Un forum d'affaires était également prévu, avec une centaine d'entrepreneurs camerounais présents, mais celui-ci a été annulé.

Paul Biya a quitté Yaoundé pour Pékin le 18 mars en compagnie de la Première dame Chantal Biya et d’une délégation comprenant Lejeune Mbella Mbella, ministre des Relations extérieures, Samuel Mvondo Ayolo, directeur du cabinet civil de la présidence, Emmanuel Nganou Ndjoumessi, ministre des Travaux publics, Mengot Arrey Nkongho, ministre chargé de mission à la présidence, Alamine Ousmane Mey, ministre de l’Économie, de la planification et de l’aménagement du Territoire, et Gaston Eloundou Essomba, ministre de l’Eau et de l’Énergie.

Le président camerounais doit effectuer à Pékin une visite d’État, du 22 au 24 mars, à forte connotation économique. Les investissements chinois au Cameroun auraient dépassé ces dernières années les 1 000 milliards de francs CFA et Pékin est partie prenante dans de nombreux grands chantiers d’infrastructures de transports ou d’énergie.

Forum d’affaires annulé

Cette visite était en préparation depuis plusieurs mois. Le vice-ministre chinois des Affaires étrangères, Zhang Ming, avait notamment été reçu en juillet 2017, par Paul Biya à Yaoundé, afin d’organiser « au plus vite » une rencontre entre les deux chefs d’État. « Cela contribuera fortement au développement de nos relations amicales dans tous les domaines », avait souligné le vice-ministre chinois des Affaires étrangères.


>>> A LIRE – Infographies : en 2016, la Chine est devenue le premier investisseur étranger en Afrique


En marge de la visite de Paul Biya à Pékin, un forum d’affaires devait également être organisé entre le Cameroun et la Chine. Plus de 110 investisseurs avaient notamment prévu d’y participer, aux côtés de Christophe Eken, président de la Chambre de commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat, et Célestin Tawamba, président du Groupement inter patronal du Cameroun (GICAM). Mais l’événement a été annulé à la dernière minute, le 17 mars, alors que les intéressés avaient déjà effectué les formalités de réservation de billets d’avion et d’hôtel.

« Profond regret » du Minepat

Les raisons de cette annulation restent floues. Le ministère de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat) a fait part de son « profond regret à l’ensemble des organisations patronales et chambres consulaires qui ont joué un rôle important dans le cadre de la mobilisation de ses membres, mais surtout ces membres eux-mêmes qui n’ont pas hésité un instant à marquer leur intérêt à participer audit forum ».

« Cependant, nous vous informons que nous ignorons les raisons de (…) l’annulation immédiate du forum de Beijing [Pékin, NDLR] ayant pourtant reçu préalablement le Haut quitus de la Présidence de la République », ajoutent les services du Minepat. Joint par Jeune Afrique, la présidence camerounaise assure de son côté ne pas être à l’origine de l’annulation.

« Très dommageable pour l’image des entrepreneurs camerounais »

Selon un aspirant participant au forum annulé, cette annulation n’est cependant pas une surprise au vu du manque de préparation. Logement et transport mal organisé, confusion dans les dates et le lieu de l’événement… « C’est très dommageable pour l’image des entrepreneurs camerounais », confie-t-il.

« Cette annulation vient en tous cas consacrer au grand jour les nombreux atermoiements observés ces derniers jours dans la préparation de cet important rendez-vous d’affaires », estime Daniel Claude Abate, président du Mouvement des entrepreneurs du Cameroun (Mecam).

« Nous invitons les hommes d’affaires (…) à garder leur sang froid d’entrepreneurs et à rester calmes face à cette circonstance inconfortable et à porter à notre attention les préjudices éventuels occasionnés par cette situation pour la haute attention du Minepat », ajoute-t-il. Seuls Christophe Eken et Célestin Tawamba, membres de la délégation de Paul Biya, ont finalement pu s’envoler vers Pékin.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici