Justice

Angola : le journaliste anti-corruption Rafael Marques à nouveau devant les juges

Rafael Marques de Morais, à Johannesburg, en Afrique du Sud, en 2014. © Simon Allison/AP/SIPA

Le journaliste d’investigation est poursuivi par l’ancien procureur général de la République pour avoir dévoilé l’achat frauduleux d’un terrain qui devait accueillir un complexe immobilier.

Le journaliste d’investigation angolais Rafael Marques de Morais est de nouveau devant les juges, ce lundi 19 mars. Il est poursuivi par le général João Maria de Sousa, ancien procureur de la République, mis en cause dans un article publié en octobre 2016 sur le site Maka Angola, créé et animé par le journaliste.

Selon lui, le général qui a démissionné fin 2017 aurait tenté d’acquérir illégalement un terrain à Porto Amboim, dans la province de Cuanza Sul. Cette parcelle devait accueillir un vaste complexe résidentiel. « Les convictions de certaines personnes, c’est une chose. Une autre sont les faits et leur validité juridique », s’est défendu la semaine dernière Maria de Sousa, dans une déclaration à l’agence de presse Lusa.

Une figure en Angola

Rafael Marques de Morais n’en est pas à son premier fait d’armes, ni à sa première comparution. Lauréat de nombreux prix internationaux pour ses enquêtes et son activisme contre la corruption en Angola, il a été emprisonné en 1999 pour avoir critiqué l’ancien président José Eduardo dos Santos.

En 2015, il a été condamné à 6 mois avec sursis, suite à la publication en 2011 d’un livre sur les violences dans une région diamantifère. À 46 ans, celui qui est devenu une véritable figure de la lutte anti-corruption en Angola, est largement soutenu par la société civile, mais aussi sollicité pour dénoncer les dysfonctionnements du pays.

Les audiences reprendront le 16 avril.

Fermer

Je me connecte