Maroc : Danone monte à 90 % du capital de Centrale laitière

Emmanuel Faber est le directeur général du groupe français Danone. Ancien n°2 de Franck Riboud, il exerce ses nouvelles fonctions depuis le 1er octobre 2014. © Eric Larrayadieu/Africa CEO Forum

Le géant français des produits laitiers a acquis 21,75 % supplémentaires du capital de Centrale laitière auprès de SNI, le holding royal marocain. Ce dernier souhaite se désengager de ses participations matures dans l'agroalimentaire.

En février 2013, Danone était devenu l’actionnaire majoritaire (67 %) de Centrale laitière, leader marocain du secteur, en rachetant des participations de la Société Nationale d’Investissement (SNI) marocaine. Le holding royal a franchi une nouvelle étape ce lundi 03 novembre en cédant un bloc supplémentaire de 21,75 % d’actions au groupe français, qui monte désormais à 90 % du capital.

Lire aussi : 

Maroc : Hassan Ouriagli remplace Hassan Bouhemou à la tête du holding royal SNI

Maroc : Centrale laitière, leader mal aimé

Agro-alimentaire : la recette de Danone pour conquérir l’Afrique subsaharienne

Dans un communiqué, Danone annonce que cette transaction a représenté un montant de 3 milliards de dirhams (278 millions d’euros), soit 1,500 dirhams par action.

Cotée à la bourse de Casablanca, l’entreprise laitière commercialise notamment les marques Danone, Centrale, Jamila ou encore Lait de croissance. Elle totalise près de 60 % du marché pour un chiffre d’affaires annuel d’environ 500 millions d’euros.

La SNI change de cap

La SNI a déclaré dans un communiqué qu’elle souhaitait céder ultérieurement les 5 % de Centrale laitière qu’elle conserve à l’issue de cette transaction.

Le holding royal, qui veut se transformer en fonds d’investissement, a annoncé avoir « déposé auprès du CDVM [le régulateur boursier marocain, ndlr] une demande de visa concernant la cession de sa participation résiduelle dans Cosumar, soit 9,1 % du capital » à travers une Offre publique de vente ouverte.

« Ces deux opérations de cession parachèvent la sortie de la SNI de ses participations matures dans le domaine agro-alimentaire. Les fonds dégagés par ces deux opérations seront réinvestis dans des projets innovants et structurants aussi bien au Maroc qu’en Afrique sub-saharienne », souligne-t-il dans ce texte.

>>> Voir également : Mohammed VI, l’appel du Sud

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici