Finance

Eurobond : la Côte d’Ivoire lève 1,7 milliard d’euros

Le quartier du Plateau, à Abidjan. © Jacques Torregano / Divergence pour JA

Les eurobonds émis par le gouvernement ivoirien ont été très largement sursouscrits, permettant aux caisses de l'État de récolter 1,7 milliard d'euros en deux tranches, pour des maturités respectives de 12 et 30 ans.

La délégation ivoirienne conduite par le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly a quitté Abidjan, le 7 mars, pour sillonner les capitales des places fortes de marchés internationaux de capitaux comme Londres, Francfort, Boston, New York et Paris et convaincre les investisseurs de participer au quatrième eurobonds de l’État ivoirien et lui permettre ainsi de financer ses dépenses de fonctionnement. Cette démarche a été clôturée ce jeudi 15 mars, en début de soirée à Paris, dans les locaux de la banque d’affaires Rothschild & Cie.

La Côte d’Ivoire a récolté un total de souscription de 4,55 milliards d’euros pour l’opération, mais le gouvernement a préféré ne retenir que 1,7 milliard d’euros, réparti en deux tranches distinctes pour un montant égal.

Un taux légèrement inférieur à celui obtenu par le Sénégal

La première tranche de 850 millions d’euros a une maturité de 12 ans. Quant à la deuxième tranche, elle aussi d’un montant de 850 millions d’euros mais d’une maturité de 30 ans, a obtenu un taux de 6,625 %. À titre de comparaison, le Sénégal a obtenu, le 6 mars, un taux de 6,75 % pour ses obligations à 30 ans – émises en dollars.

La Côte d’Ivoire, qui comptait obtenir des marchés internationaux 850 millions d’euros, a donc doublé cet objectif, même si le taux de moins de 4 % que visaient les autorités n’a pas été atteint. « L’émission ivoirienne est un vrai succès en dépit du contexte du marché, avec un délai record de réalisation de trois semaines, essentiellement en euros. La parité fixe de l’euro au CFA limite les risques de volatilité de taux d’échange », confie un membre de la délégation ivoirienne qui a requis l’anonymat.

Fermer

Je me connecte