Elections

Présidentielle au Mali : le chronogramme bientôt validé en Conseil des ministres

L'élection présidentielle se tiendra le 29 juillet 2018. © Ezequiel SCAGNETTI/IREPORTERSREA

Un document, présenté comme étant le chronogramme de la présidentielle prévue le 29 juillet, a été diffusé par la presse malienne ce jeudi. Si le début de la campagne y est annoncée pour le 7 juillet, le chronogramme doit encore être validé lors du prochain Conseil des ministres.

Le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maiga a beau marteler que la présidentielle se tiendra bien le 29 juillet prochain au Mali, nombreux sont ceux qui réclament la publication d’un agenda clair. L’opposant Modibo Sidibé, ancien Premier ministre de Amadou Toumani Touré, s’était notamment interrogé quant à la tenue effective de l’élection, au vu de l’absence de chronogramme détaillant les différentes opérations électorales.


>>> A LIRE – Présidentielle au Mali : course contre la montre pour relever les défis


Le document publié ce jeudi 15 mars par la presse malienne est « authentique », selon une source au ministère malien de l’Administration territoriale. « Il a été produit par la commission des élections du ministère et sera validé le mercredi prochain [mercredi 21 mars, ndlr], lors du Conseil des ministres. »

Il indique également que la date limite de dépôt des candidatures auprès de la Cour constitutionnelle est fixée au 29 juin.

Début de la campagne le 7 juillet

Si le président Ibrahim Boubacar Keïta n’a pas encore annoncé s’il se présenterait à sa propre succession, plusieurs candidats ont déjà été investis par leur parti : Aliou Boubacar Diallo de l’Alliance démocratique pour la paix (ADP-Maliba), Mamadou Oumar Sidibé du Parti pour la restauration des valeurs du Mali (PRVM Fasoko), Modibo Koné du Mouvement Mali Kanu (MMK), Niankoro Yeah Samaké du Parti pour l’action civique et patriotique (PACP) et Hamadoun Touré de « l’Alliance Kayira 2018 ».

Dioncounda Traoré, ex-président de la transition, Soumaïla Cissé, chef de file de l’opposition et Cheick Modibo Diarra, ancien Premier ministre, sont également cités comme de potentiels candidats.

Prochaine étape dans l’organisation du scrutin, selon le chronogramme : la mise en place du dispositif d’authentification des cartes d’électeurs, la mise à niveau ISO-fonctionnelle du centre de traitement des données de l’état civil et la mise en place du dispositif de scan des procès-verbaux, qui se tiendront jusqu’au 30 juin 2018.

La campagne pour le premier tour se tiendra du 7 au 27 juillet et le second tour, s’il y en a un, est prévu pour le 12 août.

Fermer

Je me connecte