Sénégal : le crash d’un hélicoptère militaire fait 6 morts et 14 blessés

Par Jeune Afrique avec AFP

Les militaires des différents corps d'armée lors d'une répétition pour le défilé du 4 avril, en 2011, à Ziguinchor, au Sénégal. © Émilie RÉGNIER pour Jeune Afrique

Mercredi, en début de soirée, un hélicoptère de transport de l'armée sénégalaise s'est écrasé près de Missirah avec 20 personnes à bord, faisant 6 morts et 14 blessés. Les victimes ont été transférées à l'hôpital région de Kaolack.

Un hélicoptère militaire sénégalais ralliant Ziguinchor à Dakar, s’est crashé mercredi soir dans le sud du Sénégal. Un accident aux causes encore indéterminées dont le bilan est lourd : six morts et 14 blessés dont trois grièvement selon un communiqué du secrétaire général du gouvernement, Seydou Gueye.

Selon le même communiqué, les personnes blessées sont actuellement prises en charge par le Groupement national des sapeurs-pompiers et sont en cours de transfert vers l’hôpital régional de Kaolack (centre).

Des circonstances inconnues

L’hélicoptère, en mission de service social, avait acheminé une dépouille à Ziguinchor, en Casamance (sud), et c’est au retour qu’il est tombé, en début de soirée, au large de Missirah dans une zone de mangrove, avec 20 personnes à bord, « dont les quatre membres d’équipage et des civils », a indiqué à l’Agence France Presse (AFP), le porte-parole de l’armée, le colonel Abdou Ndiaye.

« Dès réception du message de détresse lancé par un aéronef, toutes les équipes techniques des services aéronautiques sénégalais se sont rendues au Centre régional de navigation aérienne de l’ASECNA, pour suivre la situation en relation avec l’état-major de l’armée de l’air », explique le communiqué du secrétariat général du gouvernement.

Le convoyage de dépouilles dans des zones difficiles d’accès « fait partie du service public de l’armée », a expliqué le colonel Ndiaye, sans indication sur la personne concernée.

Les autorités vont « mettre en place une commission d’enquête pour déterminer les circonstances de l’accident », indique également le communiqué.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici