Politique

RDC : Joseph Kabila accepte une visite conjointe des leaders de l’ONU et de l’UA

Joseph Kabila, président de la RDC, lors de la 72ème assemblée générale de l'ONU à New-York, le 23 septembre 2017. © Craig Ruttle/AP/SIPA

Le président de la RDC a donné son accord pour une visite conjointe du secrétaire général des Nations unies António Guterres et du président de la Commission de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat.

« Une lettre a été envoyée » pour proposer ce déplacement dans la perspective des élections générales prévue en décembre 2018 « et une réponse a été reçue indiquant qu’ils seraient accueillis à Kinshasa dès qu’ils le souhaitent », a indiqué à l’AFP le porte-parole de l’ONU, Stephane Dujarric.

Aucune date précise n’a encore été déterminée pour cette venue. Fin octobre 2017, l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley, s’était rendue dans le pays pour demander au président Kabila que des élections soient fixées au plus vite dans son pays. La date retenue pour les scrutins est le 23 décembre, mais l’incertitude demeure. L’opposition l’appelle à annoncer formellement qu’il ne sera pas candidat à un nouveau mandat.


>>> A LIRE – Élections, assassinat des experts de l’ONU… Ce qu’il faut retenir de la réunion sur la RDC à l’ONU


Deux experts assassiné en mars 2017

Deux experts de l’ONU ont été assassinés en mars 2017 dans la région du Kasaï en mars 2017, alors qu’ils réunissaient des éléments relatifs à des charniers.

Les Nations unies enquêtent toujours sur ce double meurtre, alors que peu de progrès ont été faits pour identifier les commanditaires, malgré les informations transmises par les États-Unis à Kinshasa.


>>> A LIRE – Experts de l’ONU assassinés en RDC : où est passée la liste de suspects transmise par les États-Unis à Kabila ?


L’ONU est également en train d’enquêter sur une attaque meurtrière en décembre contre des Casques bleus dans le Nord Kivu. Quinze d’entre eux ont été tués et plusieurs dizaines blessées.

La RDC accueille la plus grosse opération de maintien de la paix de l’ONU, avec plus de 17 500 militaires et policiers.

Fermer

Je me connecte