Diplomatie

RDC : le Botswana appelle au départ du président Kabila

Joseph Kabila, président de la RDC, à Kinshasa, le 29 juin 2010. © Dirk Waem/AP/SIPA

Le Botswana a publié lundi un communiqué appelant au départ du président Joseph Kabila. Des déclarations qui sont intervenues au lendemain de la répression d’une nouvelle marche anti-Kabila.

Le communiqué est sans ambiguïtés : le gouvernement du Botswana « exhorte la communauté internationale à accentuer la pression » sur le régime de Kinshasa, pour l’amener à « renoncer au pouvoir et ouvrir la voie à l’instauration d’un nouveau régime politique ».

Le président Joseph Kabila « a de manière persistante retardé la tenue des élections, et a perdu le contrôle sur la sécurité de son pays », assène le texte, qui porte le tampon du ministère botswanais des Affaires étrangères. Une situation à l’origine d’une « détérioration de la situation humanitaire », estime les autorités de Gaborone.

Répression d’une marche anti-Kabila

Plus largement, le communiqué s’en prend à « certains leaders politiques qui refusent de quitter le pouvoir une fois arrivés au terme de leur mandat », en « recourant à des mesures pour retarder les élections, ou en amendant leur Constitution national pour prolonger leur mandat ».  

La tonalité de ces propos, qui interviennent au lendemain de la répression de la nouvelle marche anti-Kabila, contraste avec la prudence – voire le soutien – affichée sur ce dossier par les pays membres de la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC).

Fermer

Je me connecte