Elections

Législatives à Djibouti : le gouvernement annonce la victoire du parti au pouvoir

Les militants de l'UMP, lors du meeting du parti à Djibouti, le 21 février 2017. © Olivier Caslin pour Jeune Afrique

L’Union pour la majorité présidentielle (UMP), a remporté une « large victoire » aux législatives du vendredi 23 février, a annoncé le ministre de l’Intérieur. Sans surprise.

Il a fallu attendre les premières heures de samedi, pour que le résultat des élections législatives organisées la veille, le vendredi 23 février à Djibouti, soit officiellement connu. Sans surprise, ces élections ont été marquées par une « large victoire de l’Union pour la majorité présidentielle (UMP) », selon le ministre de l’Intérieur par intérim, Moumin Ahmed Cheick, qui a annoncé plus de 78 % des voix pour le parti de la majorité, l’ensemble des partis d’opposition cumulant moins de 20 %.


>>> A LIRE – Les Djiboutiens appelés aux urnes pour les législatives


Déjà assuré de faire le plein dans les régions d’Arta, d’Obock et de Dikhil – faute d’opposants – l’UMP partait, avant même le vote, avec une avance de 18 sièges sur les 65 à pourvoir à l’Assemblé nationale.

Le camp du président Ismaïl Omar Guelleh semble également avoir été plébiscité dans les circonscriptions de Tadjourah et d’Ali Sabieh. Face respectivement, à l’Alliance républicaine pour le développement (ARD) et au Centre démocrates unifiés (CDU), l’UMP a vu élire les six candidats qu’elle présentait dans chacune de ces régions.

Sept députés d’opposition

Il n’y a qu’à Djibouti-ville que le parti a dû partager les points avec la coalition formée par l’Union pour la démocratie et la justice (UDJ) et le Parti djiboutien pour le développement (PDD). Le système à la proportionnel garantissant 20 % des sièges au parti arrivé deuxième, l’UDJ-PDD comptera donc sept députés, qui constitueront l’ensemble de l’opposition parlementaire durant la prochaine législature.

Seul véritable nouveauté de ce scrutin joué d’avance, le quota de 25 % réservé aux femmes – introduit par le Parlement en janvier – permet au pays de compter aujourd’hui presque deux fois plus de députées que lors de la précédente élection : elles sont quinze à faire leur entrée à l’assemblée, contre huit en 2013.

Fermer

Je me connecte