Sport

Football – Bakambu : « C’est une fierté d’être le joueur africain le plus cher de l’histoire »

L'attaquant congolais Cédric Bakambu entre les internationaux marocains Ghanem Saiss, à gauche, et Manuel Trinidad, à droite, le 12 janvier 2017 à Oyem (Gabon). © Sunday Alamba/AP/SIPA

Réuni depuis ce dimanche en Chine, le Beijing Sinobo Guoan devrait officialiser très prochainement le transfert de Cédric Bakambu, ancien joueur de Villareal, en Espagne. L’attaquant congolais, qui a coûté 74 millions d'euros au club chinois, deviendra ainsi le joueur africain le plus cher de l’histoire.

Le suspense, même s’il ne faisait plus aucun doute que Cédric Bakambu poursuivrait bien sa carrière à la Chinese Super League, le Championnat de football en Chine, prendra définitivement fin dans quelques jours. Le temps, pour les dirigeants du club Beijing Guoan, de finaliser les préparatifs de l’officialisation du transfert du buteur congolais.

Depuis le début du mois de janvier, l’attaquant des Léopards attendait ce moment depuis le Portugal, où il était en stage avec sa nouvelle équipe. « Cela aurait pu se faire là-bas, mais ils voulaient que je sois à Pékin. Il y aura les journalistes locaux, mais aussi des membres de la communauté congolaise. Je n’ai pas encore eu l’occasion de me rendre en Chine. J’avoue que j’ai vraiment hâte d’y être. »

« Les joueurs africains restent sous-cotés »

Beijing Guoan, qui s’était un temps positionné pour accueillir le Gabonais Pierre-Emerick Aubemayang, finalement transféré du Borussia Dortmund (Allemagne) à Arsenal, en Angleterre, pour 63 millions d’euros hors bonus, a déboursé 74 millions d’euros pour s’offrir les services de l’ancien joueur de Sochaux et de Bursaspor (Turquie), âgé de 26 ans.


>>> A LIRE – Football : qui sont les Africains les plus chers du mercato d’hiver ?


Le montant de la clause libératoire du joueur s’élevait à 40 millions d’euros. Les 34 autres millions d’euros représentent une taxe de 100 %, qui est imposée par le gouvernement chinois pour tous les transferts supérieurs à 6 millions d’euros. Celle-ci est ensuite versée à un fonds de développement pour le football local. Selon certaines sources, Beijing Guoan aurait tenté de profiter des failles de la législation chinoise pour éviter de payer cette taxe, repoussant ainsi l’officialisation du transfert du joueur.

À l’avenir, si les équipes ne fournissent pas les preuves du paiement de cette taxe, la fédération chinoise devrait les pénaliser en leur retirant des points et en les empêchant d’enregistrer les nouveaux joueurs.

[L’argent] a joué un rôle dans mon choix, que j’ai pris seul, après avoir discuté avec ma famille et quelques proches

« Cela fait beaucoup d’argent. Être le joueur africain le plus cher de l’histoire, c’est quelque part une fierté. Mais je ne veux pas m’arrêter à cela », explique le joueur, qui continue malgré tout à estimer que « les footballeurs africains restent sous-cotés quand il s’agit de transferts. »

Un salaire estimé à 18 millions d’euros brut par mois

« Même si nous commençons à combler petit à petit notre retard, j’ai quand même cette impression. Bien sûr, les transferts d’Aubameyang, de Naby Keita [du RB Leipzig à Liverpool pour 51,9 millions d’euros, ndlr] ou de Mohamed Salah [de l’AS Roma à Liverpool pour 42 millions d’euros hors bonus, ndlr] et le mien réduisent l’écart. Mais il faudra encore du temps », poursuit Bakambu. Lequel touchera un salaire princier en Chine, estimé à 18 millions d’euros brut par mois sur un contrat de quatre ans.

« Je n’ai aucun problème avec cela. J’assume totalement. Cela fait beaucoup d’argent, je le sais. Cela a joué un rôle dans mon choix, que j’ai pris seul, après avoir discuté avec ma famille et quelques proches. Mais je pars en Chine pour faire quelque chose que j’adore, jouer au foot. »


>>> A LIRE – Infographies : la Chine, nouvel eldorado des footballeurs africains ?


En Chine, un championnat qu’il ne connaît que grâce à quelques images vues sur YouTube, Bakambu croisera certains joueurs africains connus, comme l’Ivoirien Gervinho, les Camerounais Christian Bassogog (du club Henan Jianye) et Benjamin Moukandjo (du club Jiangsu Suning), le Sénégalais Papiss Cissé (du Shandong Luneng Taishan) ou les Nigérians John Obi Mikel (du Tianjin Teda) et Obafemi Martins (du club Shanghai Greenland Shenhua).

Je serai supporter de toutes les sélections africaines. J’espère qu’elles iront le plus loin possible

« Je n’ai pas pris de renseignements sur le niveau de la Chinese Super League. Je me ferai mon opinion sur place. Le championnat débutera le 3 mars prochain, et j’ai hâte d’y être, vraiment, comme je suis très impatient à l’idée de découvrir un nouveau pays, une nouvelle culture. »

Cédric Bakambu, qui retrouvera sa sélection en mars prochain pour des matchs amicaux, affrontera le Nigeria, un des cinq pays africains qualifiés pour la Coupe du Monde, à la fin du mois de mai à Abuja.

« Je serai supporter de toutes les sélections africaines. J’espère qu’elles iront le plus loin possible. Le Sénégal, parce qu’il dispose de très belles individualités et parce qu’il est tombé dans un groupe équilibré [Pologne, Colombie, Japon, ndlr]. » En attendant de la disputer avec la RD Congo. « On a beaucoup progressé ces dernières années et on visera la qualification pour 2022… »

Fermer

Je me connecte