Politique

Afrique du Sud : descente de police chez les Gupta

L'homme d'affaires Atul Gupta (centre), et le président sud-africain Jacob Zuma (à gauche) à à une réception organisée par le quotidien New Age, le 16 mars 2012. © GovernmentZA/Flickr

Une opération menée par l’unité d’élite de la police sud-africaine a conduit mercredi à l’interpellation de trois personnes au domicile de la famille Gupta à Johannesburg. Ce clan sulfureux apparaît dans l’enquête sur des détournements de fonds et de trafic d’influence à la tête de l’État.

L’« opération est liée » au scandale de « capture de l’État », le nom donné aux scandales politico-financiers impliquant le président Jacob Zuma, a déclaré à l’AFP Hangwani Mulaudzi, porte-parole de la police. « Trois personnes ont été arrêtées et deux autres suspects doivent se rendre aux Hawks », l’unité d’élite de la police, a précisé la police dans un communiqué, sans préciser leurs noms.

Un raid au petit matin

L’interpellation s’est déroulée au petit matin dans l’imposante propriété des Gupta située dans le luxueux quartier de Saxonwold. Escortée de plusieurs véhicules de police, une grosse cylindrée noire aux vitres teintées a quitté la demeure peu avant 08h00 (06h00 GMT), a constaté un photographe de l’AFP.

Ce raid intervient alors que le président Zuma doit annoncer mercredi s’il consent ou non à démissionner, comme l’a exigé son parti. Le chef de l’État sud-africain est éclaboussé par plusieurs scandales, où apparaissent les trois frères Gupta. D’après un rapport de la médiatrice de la République publiée en 2016, ils sont impliqués dans la gestion des affaires de l’État sud-africain, de la nomination de ministres aux pressions pour obtenir de juteux contrats publics.  

Présidence bis chez les Gupta

Leur propriété de Saxonwold est devenue une sorte de présidence bis, où les frères d’origine indienne ont offert des postes de ministres à des responsables de l’ANC, selon plusieurs témoignages recueillis par la médiatrice.

Le président Zuma, dont le fils Duduzane apparaît aussi au cœur de ces affaires, a reconnu entretenir des relations d’amitié avec les Gupta. Il a toutefois nié leur influence dans les affaires de l’État.

15 millions d’euros détournés

Les arrestations de mercredi sont liées à un dossier dans lequel les Gupta sont soupçonnés d’avoir bénéficié frauduleusement de fonds publics versés par la province du Free State (centre) pour un projet d’exploitation laitière, ont précisé les Hawks. Selon la presse locale, un total de 220 millions de rands (15 millions d’euros) auraient été détournés au profit de la fratrie.

La pression sur les frères Gupta et Jacob Zuma s’est accrue depuis que le chef de l’État a cédé, en décembre, la direction de son parti à l’actuel vice-président du pays, Cyril Ramaphosa, qui a fait de la lutte anticorruption une priorité.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte