Côte d’Ivoire : KFC se lance pour de bon à Abidjan

Par - à Abidjan

Dans un restaurant KFC à Nairobi en 2011. © Khalil Senosi/AP/SIPA

La chaîne américaine de fast-food, dont les négociations avec le centre commercial Playce avaient échoué en 2015, s'est finalement alliée à Vivo Energy pour s'implanter en Côte d'Ivoire. Un premier restaurant KFC est en cours de construction, et quatre autres devraient suivre en cinq ans.

La chaîne américaine de restauration rapide KFC, connue pour ses recettes à base de poulet frit, doit ouvrir d’ici la fin de l’année 2018 son premier restaurant à Abidjan.

Ce n’est pas la première tentative du groupe, qui avait déjà tenté de se lancer dans la capitale économique ivoirienne en 2015, à l’occasion de l’ouverture du centre commercial Playce de Marcory, mais les discussions avec la coentreprise de Carrefour et de CFAO, qui devait porter localement l’enseigne américaine, avaient fait long feu, et c’est finalement un Burger King, autre chaîne américaine de fast-food, qui s’est installé dans le nouveau centre commercial.

Chantier en cours

Cette fois-ci, pourtant, le projet pourrait bien être mis sur pied : les travaux de construction de l’établissement, toujours dans le quartier résidentiel et commerçant de Marcory, à proximité des centres commerciaux Prima du groupe Hizyazi et Cap Sud de Prosuma, ont commencé.

Il y a eu une entente entre Vivo Energy Côte d’Ivoire et KFC, il ne reste qu’à signer et finaliser l’accord

Cette fois-ci, c’est avec Vivo Energy CI, la filiale locale du groupe de distribution de produits pétroliers Vivo Energy, que le groupe américain a discuté. Ce dernier a en effet redéfini il y a quelques années sa stratégie pour diversifier ses activités et multiplie depuis les partenariats avec des groupes internationaux dans la restauration, adossés à son immense réseau de stations-service.

« Il y a eu une entente entre Vivo Energy Côte d’Ivoire et KFC, il ne reste qu’à signer et finaliser l’accord », révèle une source proche du dossier. Ce sera donc l’Ivoirien Ben Hassan Ouattara, un ex-directeur maritime Afrique pour les produits de Shell, diplômé de l’École navale de Brest (France) et passé par l’académie de Quantico en Virginie, qui contrôlera la franchise.

Des standards de production à améliorer pour le poulet local

Alors que le premier établissement devrait ouvrir ses portes dans le courant du deuxième semestre 2018, avec 24 places assises, quatre autres restaurants sont prévus dans les cinq prochaines années, dans différents quartiers de la capitale économique où la classe moyenne a pignon sur rue, poursuit notre source.

Le géant ivoirien du poulet doit adapter son mode de production aux normes du groupe américain, très exigeant

Pour alimenter ses restaurants, « KFC avait voulu importer ses poulets, mais le gouvernement ivoirien voyait ce projet d’un mauvais œil, car cela aurait eu un impact sur les opérateurs locaux de la volaille et sur les emplois », croit savoir une source proche des négociations. KFC a donc entamé des discussions avec le groupe agro-industriel Société ivoirienne de productions animales (Sipra), mais rien n’est fait : il faut encore que le géant ivoirien du poulet adapte son mode de production aux normes du groupe américain, très exigeant, assure notre source.

De son côté, KFC est en plein boom en Afrique francophone : jusque-là principalement implantée en Afrique anglophone et en Afrique lusophone – à l’exception de ses 12 restaurants marocains – la chaîne a ouvert le 9 janvier son premier restaurant en Tunisie, et en annonce cinq autres ans le pays pour le courant de l’année.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici