Politique

Tchad – Mahamat Saleh Haroun quitte le ministère de la Culture : démission ou éviction ?

Mahamat Saleh Haroun, réalisateur tchadien à paris le 19 janvier 2018 © Bruno Levy pour JA

Le cinéaste tchadien, notamment primé à Cannes en 2010, a été démis via un décret lu à la radio nationale. De son côté, il affirme avoir présenté sa démission.

« Je me suis dit que comme ministre je pourrais agir, dans un esprit complètement tchadien et africain où l’aîné a des responsabilités. » C’est par ces mots que Mahamat Saleh Haroun expliquait à Jeune Afrique, dans une interview parue dans nos pages le 28 janvier, ce qui l’avait motivé à accepter le poste de ministre de la Culture. Portefeuille que le cinéaste vient de perdre.

Il « a été appelé à d’autres fonctions », selon un décret lu à la radio nationale, qui ne précise pas les raisons de son éviction. Djibert Younous, ancien ministre de la Culture, prend sa place pour devenir « ministre de la Jeunesse, des sports, de la culture et du développement touristique ».


>>> A LIRE – Cinéma – Mahamat-Saleh Haroun : « Je ne suis pas devenu ministre pour laver la mémoire du Tchad »


De son côté, l’intéressé affirmait jeudi soir, dans un communiqué, que la décision serait en réalité de son fait : « Je n’ai ni été démis de mes fonctions de ministre de la Culture du Tchad ni limogé. J’ai démissionné pour raisons personnelles. J’ai présenté ma démission au Premier ministre le mardi 6 février à 9h30. Elle a été acceptée jeudi matin. »

Prise de guerre ?

Primé à Cannes en 2010 pour Un homme qui crie, le cinéaste est également l’auteur du documentaire Hissène Habré, une tragédie tchadienne. Interrogé par Jeune Afrique sur le rôle d’Idriss Déby Itno au sein de l’appareil d’État pendant une partie du règne de Habré – condamné en avril 2017 à la prison à perpétuité par  les Chambres extraordinaires africaines (CAE), siégeant à Dakar – le cinéaste, désormais ex-ministre, avait eu cette réponse : « Quand j’ai tourné mon documentaire, j’ai rencontré et interrogé beaucoup de victimes ainsi que des militants qui les soutiennent. Et à aucun moment ils ne m’ont dit avoir eu affaire, de près ou de loin, à Idriss Déby. Je n’ai donc aucune raison de m’ériger en justicier ou en père-la-morale. »

Quant au fait qu’il pourrait avoir été, en devenant ministre de la Culture, une caution, voire une « prise de guerre » politique, Mahamat Saleh Haroun avait également rejeté ce qu’il a qualifié « d’insulte ». « Je ne vais pas laver la mémoire du Tchad, qui est tenace. Et si avec ce régime il y a quoi que ce soit de noir, ce n’est pas mon nom qui va le blanchir. Si le régime et ses dirigeants cherchent à améliorer leur image, cela prouve qu’ils ont pris conscience d’une certaine faiblesse et qu’ils sont dans une démarche constructive. »

Son objectif affiché, en tant que ministre tchadien de la Culture, était de créer une école de cinéma « de haut niveau ».

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte