Vie des partis

Maroc : l’ancien chef du gouvernement Abderrahman Youssoufi va sortir du silence

Abderrahmane Youssoufi, ancien Premier ministre du Maroc. © YouTube/2MTV

Pour son 94ème anniversaire, le 8 mars, celui qui a assuré la transition entre Hassan II et Mohammed VI a décidé de sortir du silence. Il devrait assister à une cérémonie à l’occasion de la publication d’un ouvrage racontant une partie des mémoires.

Le titre n’est pas encore arrêté, mais le format est déjà défini. Les mémoires d’Abderrahman Youssoufi, chef du gouvernement du gouvernement d’alternance de 1998 à 2002, celui qui dirigea la première expérience de la gauche au pouvoir, seront pour l’essentiel un recueil de ses discours et des interviews. « Abderrahmane Youssoufi écrivait ses discours lui-même. Ces documents ont donc une grande valeur historique », affirme un proche de l’auteur de cet ouvrage divisé en trois parties.

La première reviendra sur le parcours de Youssoufi, son enfance, les années du mouvement national, ses arrestations au lendemain de l’indépendance mais aussi ses entrevues avec Hassan II, les émissaires qui ont mené les négociations de l’accès de la gauche au pouvoir… Les deux autres parties de l’ouvrage rassembleront les archives de discours et d’interviews qu’il a accordés à tous les médias depuis qu’il est devenu, en 1992, Premier secrétaire de l’Union socialiste des forces populaires (USFP).

La sortie de l’ouvrage est prévue pour le 8 mars prochain, jour du 94ème anniversaire d’Abderrahman Youssoufi. « Un événement est prévu pour l’occasion, qui devrait rassembler de nombreuses figures historiques maghrébines et du monde arabe que “Si” Abderrahmane a côtoyé tout au long de sa carrière », nous confie notre source.

« Abbas », cheville ouvrière du projet

L’ouvrage a été entièrement conçu et rédigé par un proche de Youssoufi, M’bark Boudarqa, plus connu sous son pseudonyme « Abbas ». C’est un ancien membre de l’Union nationale des forces populaires (UNFP), membre actif de l’organisation clandestine affiliée au parti et soupçonné d’être impliqué dans le projet de la gauche de renverser Hassan II en 1973.

Il a mis 20 ans pour convaincre Ssi Abderrhmane d’écrire ses mémoires

Il s’était alors exilé en Algérie jusqu’en 2000, avant de s’impliquer dans une association de défense des réfugiés politiques marocains en Europe, puis au sein de l’Instance équité et réconciliation (une commission de justice transitionnelle mise en place par Mohammed VI pour faire la lumière sur les violations de droits de l’homme sous son père).

« Il a mis 20 ans pour convaincre “Si” Abderrhmane d’écrire ses mémoires », raconte un proche de l’auteur. « Il a réussi à avoir son feu vert l’été dernier, une fois qu’il a fait lui-même tout le travail. Il a tout de même pris le soin de tout recouper et récapituler avec Youssoufi qui a donné sa bénédiction à la publication du livre. »

Des secrets bien gardés

L’ouvrage aura sans doute valeur de document. Abderrahmane Youssoufi s’est muré dans un silence quasi-absolu depuis qu’il a claqué la porte de son parti, en 2003, pour se détourner à tout jamais de la politique.

La dernière fois que l’ancien chef du gouvernement s’était exprimé à propos de la politique remonte d’ailleurs en 2003, lorsqu’il recevait la Grand-Croix de l’Ordre de la Couronne en Belgique. « L’alternance consensuelle construite à partir du Parlement de 1997 ( …) a été le résultat d’un accord entre le roi, Hassan Il, qui détenait tous les pouvoirs, et l’opposition historique au Maroc », rappelait-il, non sans amertume, dans son discours de l’époque.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte