Vidéo d’un viol collectif au Mali : une enquête est ouverte

Vue de Bamako (Mali) depuis le somment de la colline Lassa. © Sylvain Cherkaoui / JA

La diffusion sur les réseaux sociaux de la vidéo d'un viol collectif commis par un groupe de jeunes ayant agi à visages découverts a secoué le Mali. Les associations réclament de la justice qu'elle agisse rapidement pour juger les auteurs du crime.

On ne sait pour l’instant que peu de chose sur la vidéo. Impossible de savoir où, ni quand elle a été tournée. Ces images, sur lesquelles on distingue quatre assaillants en train de commettre un viol sur une jeune femme, ont choqué le pays. La vidéo circule « depuis vendredi 3 février 2018 sur les réseaux sociaux, notamment Facebook et Whatsapp », précise une lettre conjointe de dix organisations de défense des droits de l’Homme envoyée au procureur général de Bamako.

La victime n’a pour l’instant pas portée plainte, mais en attendant, les associations se mobilisent . « Ce n’est pas évident pour les jeunes dans notre société de s’exprimer sur ce sujet. Nous avons identifier cette vidéo sur les réseaux et nous l’avons transféré immédiatement à un contact à la brigade des mœurs », explique à Jeune Afrique Kansourou Bathily, porte-parole du collectif Les Amazones qui a lancé un appel à témoin pour soutenir la victime. « On va tout faire pour que l’affaire ne soit pas étouffée », ajoute-t-elle.

« Une enquête a été ouverte et confié à la Brigade des mœurs de Bamako qui collaborera avec d’autres service de la Police Judiciaire », affirme le parquet. Les auteurs encourent 5 à 20 ans de prison selon la loi malienne.

Un fléau ravageur

Les organisation de défense des droits de l’homme mobilisée dans l’affaire espèrent une enquête efficace et une réponse ferme de la justice malienne. »C’est un phénomène trop présent, le viol devient banal. Il n’y a pas assez de sensibilisation. Les gens pensent que dans la plupart des cas “c’est probablement la fille qui l’a un peu cherché”. Il faut que les jeunes comprennent l’on ne peut pas violer à visage découvert impunément », s’agace Me Moctar Mariko, président de l’Association malienne des droits de l’homme.

« Les juridictions maliennes ont tendance à correctionnaliser ces actes de viols. Le viol est un crime dans la loi malienne. Mais bien trop souvent ces affaires sont régler en interne, dans le cercle familial. Il faut que cela change, c’est un fléau ravageur », regrette-t-il.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici