Droits de l’homme

Shoah : les juifs d’Algérie victimes du nazisme vont pouvoir percevoir des indemnités de l’Allemagne

Un juif orthodoxe lors de funérailles, à Marrakech en 2011. © Sebastian Scheiner/AP/SIPA

Les juifs originaires d’Algérie « qui ont souffert de mesures antijuives prises par des alliés des nazis comme le régime de Vichy » vont recevoir des indemnités de la part de Berlin. Jusq'ici, la reconnaissance du statut de victime ne s'étendait pas aux juifs d'Algérie.

Quelque 25 000 juifs, qui vivaient en Algérie entre juillet 1940 et novembre 1942, seront éligibles à une indemnité unique de 2 556,46 euros, indique sur son site internet la Conference on Jewish Material Claims Against Germany (Claims Conference), une organisation composée de différentes associations juives dont le but est de réclamer des dédommagements pour les victimes du nazisme.

« Cette reconnaissance n’avait que trop attendu pour un important groupe de juifs d’Algérie qui ont souffert de mesures antijuives prises par des alliés des nazis comme le régime de Vichy », ajoute le communiqué.

« Exclus uniquement parce que juifs »

« Le gouvernement de Vichy a restreint l’accès de ces gens à l’éducation, à la vie politique, à la société civile, à l’emploi, leur a retiré la nationalité française et les a exclus uniquement parce qu’ils étaient juifs », dit l’organisation. Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), ombrelle politique de la première communauté juive d’Europe, s’est dit auprès de l’AFP « très satisfait » à l’idée « qu’une injustice » prenne fin.

« Ce qui est important, c’est la reconnaissance de la souffrance, qui passe aussi par une réparation matérielle. Jusqu’alors, cette reconnaissance n’allait pas jusqu’aux juifs d’Algérie, ce qui posait problème », a relevé Francis Kalifat, lui-même né à Oran (Algérie).

« Il reste bien peu de survivants »

Soixante-treize ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, « nous arrivons aux derniers dossiers de demande d’indemnisation. Il faut se hâter de les régler, car il reste bien peu de survivants », a-t-il fait valoir.

La Claims Conference va ouvrir début février et jusqu’en avril 2018 un centre d’enregistrement et d’aide à Paris, où la plus grande partie des survivants algériens résident. D’autres centres seront ouverts à Marseille, Lyon et Toulouse. Les paiements devraient débuter en juillet 2018.

Des mails vont être envoyés aux survivants algériens installés dans d’autres pays. La Claims Conference, créée en 1951, a son siège à New York et des antennes à Francfort, Vienne et Tel Aviv. Selon cet organisme, depuis le premier accord signé avec l’Allemagne de l’ouest en 1952, plus de 70 milliards de dollars (56 milliards d’euros) ont été payés à plus de 800 000 victimes de l’Holocauste.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte