Afrique du Sud : 950 mineurs bloqués sous terre par une panne d’électricité

Par Jeune Afrique avec AFP

Une mine de platine près de Rustenburg, en Afrique du Sud, le 24 janvier 2014. © Themba Hadebe/AP/SIPA

Les mineurs sont bloqués à environ 1 000 mètres de profondeur. L'incident a été provoqué ce jeudi par une tempête qui a entraîné une coupure de courant dans la mine.

Un total de 950 mineurs étaient bloqués sous terre ce jeudi 1er février dans une mine d’or de Beatrix, dans la province du Free State, dans le centre de l’Afrique du Sud, selon la compagnie Sibanye-Stillwater, propriétaire de la mine.

« La nuit dernière, il y a eu une tempête dans la province du Free State qui a provoqué une coupure de courant dans la mine, donc nous n’avons pas pu remonter ce matin à la surface les travailleurs de la nuit », a déclaré James Wellsted, porte-parole de la société Sibanye-Stillwater, interrogé sur la chaîne de télévision eNCA.

L’orage a endommagé deux câbles d’alimentation électrique de la mine. L’un d’entre eux a pu être remis en état dans la journée. « Nous avons des difficultés, probablement liées au pic de tension causé par l’orage, à remettre en marche le système d’aération, nous concentrons nos efforts là-dessus pour l’instant », a détaillé le porte-parole de Sibanye Gold.

« Tous les employés semblent bien aller », a-t-il assuré, précisant que des vivres et de l’eau étaient en cours d’acheminement vers les mineurs. Le porte-parole a également ajouté que, outre les 950 personnes toujours coincées, 64 mineurs avaient pu remonter à la surface.

Les syndicats réclament une enquête

Les mineurs encore sous terre sont bloqués à environ 1 000 mètres de profondeur. Les générateurs de la mine censés prendre le relais en cas de coupure d’électricité ne fonctionnent pas, a reconnu James Wellsted.

L’Association du syndicat des mineurs (AMCU), qui donne un bilan de 900 mineurs toujours bloqués et de 40 remontés à la surface, a dénoncé « le manque de plans de secours à la mine en terme de sources alternatives d’électricité » et parlé d’un « incident très grave compte tenu du nombre élevé » de mineurs coincés.

La principale centrale syndicale du pays, la Cosatu, a pour sa part immédiatement demandé « une enquête sur cet accident » et exigé que la compagnie soit « tenue responsable pour négligence ».

Les accidents miniers sont fréquents en Afrique du Sud, qui possède les mines les plus profondes au monde. En août dernier, 5 mineurs sont morts dans une mine d’or proche de Johannesburg, ensevelis par l’effondrement d’une galerie. En 2015, 77 personnes sont mortes dans les mines, selon la Chambre sud-africaine des mines.

Pendant des décennies, l’extraction minière, particulièrement de l’or, a porté à bout de bras la croissance de l’économie sud-africaine. Sa production a toutefois récemment chuté à cause de l’épuisement de ses réserves.

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici