États-Unis : les étranges excuses de Charles « Chuckie » Taylor Junior aux Libériens

Écrit par Grégoire de Chabalier

Charles Taylor père, condamné à 50 ans de prison pour crime contre l'humanité. © AFP

Charles "Chuckie" Taylor Junior, fils de l'ancien président du Libéria Charles Taylor, a présenté ses excuses aux Libériens lors d'une interview donnée le 31 mai depuis sa cellule américaine. Tout en contestant le procès au terme duquel il a été condamné à 97 ans de prison.

Charles "Chuckie" Taylor s’est exprimé lors d’une interview donnée sur la station radio libérienne TMZ, depuis sa cellule au fin fond du Kentucky, où il purge une peine de 97 ans de prison pour torture et crime de guerre, commis lors de la guerre civile au Libéria entre entre 1991 et 2001.

>> Lire aussi : Qui est Chuckie Taylor ?

Au cours de l’entretien,"Chuckie" Taylor est longuement revenu sur son procès. Sa déclaration, clairement préparée à l’avance et qui donnait l’impression d’être lue, remettait en cause sa condamnation. Il dénonce la manière dont son procès s’est déroulé aux États-Unis, arguant avoir été condamné pour des raisons politiques, en violation complète de ses droits de citoyen.

Excuses ambigues

Il a poursuivi en présentant ses excuses à sa mère et à son père, Charles Taylor. Ce dernier, qui a dirigé le Libéria de 1997 à 2003, a été condamné par le Tribunal pénal international, en avril 2012, à une peine de 50 ans de prison pour crimes contre l’humanité commis lors de la guerre civile, faisant 120 000 morts en dix ans. "Chuckie" a par ailleurs adressé des excuses assez mystérieuses au peuple libérien, sans jamais faire référence aux crimes de guerre et les actes de torture dont on l’accuse. "Tout d’abord, je voudrais présenter très clairement mes excuses à ma mère, à mon père, auquel je dirais ces trois mots : "maintenant je comprends". À mes enfants (…), mes frères et sœurs, mes partisans, à mes camarades, aux citoyens du Liberia, je demande pardon. Si j’ai fait quoi que ce soit qui ait pu heurter quelqu’un, je tiens à m’excuser. Si à un moment ou à un autre j’ai donné l’impression que ce qui a été dit sur moi est avéré, je m’excuse." a-t-il déclaré.

>> L’interview de Charles "Chuckie" Taylor Junior (en anglais)

Lors de l’interview, Charles Taylor Junior admet également s’être converti à l’islam, avant de faire une rapide profession de foi en arabe. Un détail qui n’est pas sans rappeler l’intérêt qu’avait subitement éprouvé Charles Taylor père pour le judaïsme quand, lors de son procès à La Haye en février 2013, il aurait fait part de sa volonté de devenir Juif, tout en restant chrétien…

>> Lire aussi notre sélection d’articles de Jeune Afrique sur l’itinéraire de Charles Taylo et la guerre civile au Libéria

"Chuckie" Taylor, né Charles McArther Emmanuel, a vu le jour en 1977 à Boston. Citoyen américain de naissance, il a grandi aux États-Unis, avec sa mère, Berenice Emmanuel. En 1997, il rejoint son père au Libéria, en pleine guerre civile, et prend la direction de l’ATU à l’âge de 22 ans, en 1999. Arrêté en 2006, il est jugé aux États-Unis pour des actes de torture commis entre 1999 et 2003. Son procès a été le premier au cours duquel un citoyen américain a été jugé pour de tels crimes commis hors du territoire national. Reconnu coupable en 2008, il est condamné à purger une peine de 97 ans de prison.