Afrique du Sud : Le Cap se prépare à une pénurie d’eau, appelée le « jour zéro »

Robinet coupé. © vadim5241 / Flickr

Victime du phénomène climatique El Niño, Le Cap sera la première grande ville du monde à manquer d’eau. En attendant le « jour zéro », qui pourrait intervenir le 15 juillet, le compte à rebours est lancé et les restrictions se mettent en place.

1er avril, 12 avril, 22 avril… Si la date exacte varie au gré des calculs, une chose est sûre : au Cap, le « jour zéro », celui où plus une seule goutte d’eau ne coulera du robinet, est à la fois proche et inéluctable (lors de la mise en ligne de cet article, le compteur de la mairie du Cap l’estimait au 16 avril, avant de le repousser au 15 juillet).

« Il y a encore des gens qui pensent que ce jour-là ne peut pas arriver, et que les sept projets de la ville qui doivent nous permettre d’augmenter nos ressources de 200 millions de litres par jour suffiront à nous sauver, mais ce n’est pas le cas. Et même si ces programmes nous rendront plus résistants aux pénuries futures, ils ne nous empêcheront pas, cette fois, d’atteindre le point zéro », a expliqué Patricia De Lille, la maire de la métropole sud-africaine de plus de 430 000 habitants, dans un communiqué paru le 17 janvier.

En cause, la sécheresse qui sévit en Afrique australe depuis trois ans, et qui est aggravée par le phénomène climatique El Niño, lequel provoque un déplacement vers l’est – et donc vers l’océan Indien – des précipitations. Résultat, les nappes phréatiques qui alimentent la ville sont quasiment à sec, et il ne devrait pas pleuvoir avant au moins quatre mois.

Vidéo satellitaire montrant l’évolution de la sécheresse au Cap © 2018 Planet Labs,

Limitation à 50 litres par jour et par personne

Pour retarder au maximum l’échéance du « jour zéro », un conseil de la ville s’est tenu le 19 janvier et a acté une limitation de la consommation à 50 litres par personne et par jour, soit 6 000 litres par mois pour une famille de quatre personnes.

Les habitants sont ainsi incités à tirer leur chasse d’eau à l’aide d’un seau contenant des eaux usées ou de l’eau de pluie

Cette limitation, qui s’accompagne d’une importante hausse des tarifs – de 4,56 à 29,93 rands (0,30 à 2,02 euros) jusqu’à 6 000 litres – entre en vigueur ce jeudi 1er février.

Chez les particuliers, des dérogations restent possibles, notamment pour les gérants de chambres d’hôtes. Quant aux professionnels, leur usage d’or bleu est également encadré, et leur consommation est comparée à celle de 2015, avant la crise : les agriculteurs doivent afficher une réduction de 60 % de leur usage d’eau, et les autres professions de 45 %.

L’irrigation avec l’eau municipale est interdite, tout comme les jets d’eau, le remplissage des piscines ou le lavage des voitures, que ce soit de manière privée ou chez des professionnels.

Cette crise aura des effets négatifs sur les finances de la ville, dont les deux principales industries sont le tourisme et l’agriculture

La municipalité a distribué des guides pour rappeler ces interdictions aux usagers et les encourager à des comportements responsables. Les habitants sont ainsi incités à tirer leur chasse d’eau à l’aide d’un seau contenant des eaux usées ou de l’eau de pluie, plutôt que de l’eau du robinet.

Et après ?

Tout en ordonnant ces mesures à court terme, les autorités du Cap se penchent sur l’organisation de l’après « jour zéro ». « 200 points de distribution ont été étudiés », a fait savoir Patricia De Lille, qui envisage déjà des files d’attente pour des allocations quotidiennes encore plus réduites que ce que prévoient les restrictions actuelles.

« Cette crise aura des effets négatifs sur les finances de la ville, dont les deux principales industries sont le tourisme et l’agriculture », a prévenu l’agence Moody’s, dans un rapport repris par Bloomberg. Les analystes de l’agence de notation craignent en outre « des menaces pour la santé publique et l’ordre social, alors que les inégalités sont déjà très marquées au Cap ».

Déjà 200 000 inscrits


Chaque jour, recevez par mail les actus Jeune Afrique à ne pas manquer


Curieux ? Voici un aperçu des newsletters ici