Fermer

Un Algérien condamné à deux ans de prison pour avoir filmé des policiers commettant un vol

Par Jeune Afrique

Des policiers algériens à Ghardaïa, le 16 mars 2014. © AFP

La justice algérienne a condamné mardi à deux ans de prison ferme un homme accusé d'avoir filmé et diffusé la vidéo de policiers en train de voler lors des récents heurts communautaires à Ghardaïa (sud).

Youcef Ouled Dada, un Mozabite de 47 ans, a été condamné mardi 10 juin à deux ans de prison ferme pour avoir filmé et diffusé la vidéo de trois policiers en plein vol lors des heurts communautaires à Ghardaïa, dans le sud de l’Algérie, en novembre 2013. Il était poursuivi pour "publication de photos et de vidéos qui touchent à l’intérêt national" et pour "outrage à corps constitué".

Outre la peine de deux ans de prison, il devra s’acquitter d’une amende de 100 000 dinars (1 000 euros), a déclaré l’un de ses neuf avocats, Me Amine Sidhoum, qui a annoncé que son client allait faire appel. Le procureur avait requis la semaine passée trois ans de prison ferme contre le prévenu, qui se trouve en détention depuis le 27 mars.

>> Lire aussi Algérie : le syndrôme Ghardaïa et la cohésion nationale

Selon un autre de ses avocats, cet informaticien est accusé d’avoir "réalisé une vidéo montrant trois policiers en train de commettre des vols à Grara", une commune dépendant de la préfecture de Ghardaïa, "profitant des heurts" qui s’y déroulaient en novembre 2013. Youcef Ouled Dada a nié avoir réalisé cette vidéo, diffusée sur internet, assurant qu’il n’avait fait que la partager sur Facebook.

Un jugement "sévère"

Située aux portes du Sahara, à 600 km au sud d’Alger, Ghardaïa et sa région vivent depuis plusieurs mois au rythme d’affrontements entre les communautés mozabites (berbères) et chaâmbas (arabes). Selon Me Sidhoum, le "jugement sévère" prononcé mardi "ne va pas contribuer à calmer la situation". "Dans ce procès, au lieu d’enquêter sur la réalité des faits, on poursuit la personne qui les dénonce", a-t-il fustigé.

>> Lire aussi le reportage de notre envoyé spécial : Ghardaïa, les identités meurtrières

Près de 10 000 policiers et gendarmes sont déployés à Ghardaïa, cité de 400 000 habitants dont quelque 300 000 Mozabites. Entre décembre et avril, les heurts communautaires ont fait six morts parmi les Mozabites, trois parmi les Chaâmbas et plus de 400 blessés. Des centaines de maisons et de magasins ont été pillés puis incendiés.

(Avec AFP)

Couverture

L’actu n’attend pas !


Couverture

Accédez à toute l'actualité africaine où que vous soyez en souscrivant à l'Edition Digitale de Jeune Afrique

Je m'abonne J'achète ce numéro