Politique

Égypte : cinq personnalités appellent au boycott de la présidentielle

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi s'adressant au Parlement au Caire, le 13 février 2016. © AP/SIPA

Le président sortant Abdel Fattah al-Sissi part favori pour l'élection présidentielle prévue en mars prochain, alors que les signataires de l'appel au boycott dénonce un « climat de peur » à l'approche du scrutin.

Qui pour s’opposer à Abdel Fattah al-Sissi ? À deux mois du premier tour de l’élection présidentielle, prévu entre les 26 et 28 mars, le président égyptien est toujours le seul candidat officiellement en lice pour le scrutin. Pour les autres candidats potentiels le temps presse, les aspirants à la présidence ont jusqu’à lundi pour déposer leur candidature.

Cinq personnalités égyptiennes ont appelé dimanche au boycott de l’élection, accusant le régime « d’empêcher toute compétition loyale ». Les signataires condamnent « toutes les mesures administratives et sécuritaires prises par le régime actuel pour empêcher toute compétition loyale lors de la prochaine élection » présidentielle.

Le texte, signé entre autres par deux anciens candidats à la présidentielle de 2012, Mohamed Anouar El-Sadate, le neveu de l’ancien président Sadate, et Abdel Moneim Aboul Foutouh, ancien dirigeant des Frères musulmans, appelle « notre grand peuple à boycotter totalement cette élection ». Il dénonce aussi « le climat de peur » ayant accompagné le processus électoral ainsi qu' »un calendrier électoral ne donnant pas aux candidats une réelle chance de se présenter ».

Adversaires écartés

L’appel de ces personnalités a été lancé alors que la course à la présidentielle, où le chef d’État part largement favori, a vu depuis quelques semaines plusieurs prétendants écartés par les autorités. D’autres se sont dits découragés, dénonçant des pressions sur leurs partisans.

Parmi les signaitaires ont retrouvent Hazem Hosni, professeur de sciences politiques à l’université du Caire et Essam Heggy, un éminent scientifique égyptien, mais aussi Hicham Geneina, ex-président de l’Autorité de contrôle des comptes publics et grand pourfendeur de la corruption.

Démis de ses fonctions en 2016 par le président Sissi, il était le responsable de campagne d’un candidat récemment écarté de la présidentielle, l’ex-chef d’état-major Sami Anan. Il a été blessé samedi à l’arme blanche au Caire, son entourage évoquant un « motif politique » pour cette « attaque ». Sami Anan a été écarté de la présidentielle et selon des membres de sa campagne, ni sa famille, ni ses avocats n’ont pu le joindre depuis sa comparution mardi devant un procureur militaire.

Mercredi, l’avocat défenseur des droits de l’Homme Khaled Ali avait annoncé qu’il renonçait à se présenter à la présidentielle de mars. D’autres adversaires potentiels ont été ces dernières semaines écartés ou découragés comme l’ancien Premier ministre Ahmed Chafiq.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte